Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SAAL
Invité



MessageSujet: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Ven 7 Mai - 21:19

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Ven 7 Mai - 22:39

bonsoir.
monsieur au madame.

comme vous pouvez la constatez nous sommes entes nous.
Pour célébrer un anniversaire.
nous pouvons mettre ça a demain.
s v p merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Sam 8 Mai - 13:40

bonjour.


8 mai 1945
Répression sanglante à Sétif .



Le 8 mai 1945, le jour même de la victoire alliée sur le nazisme, de violentes émeutes éclatent à Sétif, en Algérie.

Dans les départements français d'Algérie, certains musulmans espèrent que sera mis en application le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Parmi eux Messali Hadj, chef du PPA (Parti Populaire Algérien), interdit depuis 1939.

Messali Hadj ayant été jeté en prison, 20.000 de ses partisans défilent le 1er mai 1945 à Alger en sa faveur. Le matin du 8 mai, une nouvelle manifestation survient à Sétif aux cris de «Istiqlal , libérez Messali».

Les militants du PPA ont reçu la consigne de ne pas porter d'armes ni d'arborer le drapeau algérien mais un scout musulman n'en tient pas compte et brandit le drapeau au coeur des quartiers européens.

La police se précipite. Le maire socialiste de la ville, un Européen, la supplie de ne pas tirer. Il est abattu de même que le scout. La foule, évaluée à 8.000 personnes se déchaîne et 27 Européens sont assassinés dans d'atroces conditions. L'insurrection s'étend à des villes voisines, faisant en quelques jours 103 morts dans la population européenne.

La répression est d'une extrême brutalité. L'aviation elle-même est requise pour bombarder les zones insurgées. Après la bataille, les tribunaux ordonnent 28 exécutions et une soixantaine de longues incarcérations (*). Officiellement, les autorités françaises estiment que le drame aura fait 102 morts chez les Européens et 1.500 chez les musulmans. Les autorités algériennes parlent aujourd'hui de 45.000. Les historiens spécialistes évoquent quant à eux 8.000 à 20.000 morts



Les émeutes de Sétif consacrent la rupture définitive entre les musulmans et les colons d'Algérie et annoncent la guerre d'indépendance.


bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
tiguert
Confirmé
Confirmé
avatar

Nombre de messages : 572
Age : 67
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Sam 8 Mai - 18:42

merci Hadouda de nous avoir rappelé cette date historique.

Dans une folie meurtrière, les agents de « la Patrie des Droits de l’Homme » massacrèrent des milliers d’Algériennes et d’Algériens qui réclamaient pacifiquement leur liberté, leur indépendance. Une indépendance que la France avait pourtant promis d’accorder à l’Algérie, à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale. Promesses vaines.
Promesses hypocrites. En revanche, une répression sanglante !
C’était là la réponse de la France coloniale aux manifestations populaires organisées par le peuple algérien, des banderoles où l’on pouvait lire « Vive la démocratie », « Vive l’Algérie indépendante » ou « A bas l’impérialisme » ; des drapeaux verts et blancs flottant au vent ; Un hymne « Min Djibalina » entonné à tue-tête par des milliers de voix… Et soudain, des coups de feu ! Le premier martyr tombe à Sétif. C’est le drame. Le début du carnage…
Du 8 au 16 mai 1945, en un peu plus d’une semaine, tout est mis en œuvre pour perpétrer l’un des plus grands génocides que l’histoire ait connus.
La légion étrangère, les tirailleurs sénégalais, les prisonniers italiens libérés pour la circonstance, l’aviation, les divisions blindées, et même la marine, étaient tous de la partie. Une partie funeste.
Les rescapés de Sétif, Guelma, Kherrata… se souviennent.
Ils se souviennent de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, de ces vieillards.
Au total 45000. Tous martyrs pour avoir réclamé un droit légitime.
Ce crime contre l’Humanité restera à jamais gravé dans la mémoire collective.
La fondation du 08 mai 1945 à été créée en 1990 par BACHIR BOUMAZA (décédé en novembre 2009), et depuis aucune nouvelle sur les activité de cette fondation.

gloire à nos martyrs.
vive l'Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yacine
Invité



MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Dim 9 Mai - 14:18

Kateb Yacine du celebre roman 'Nejma'etait parmi les manifestants...il a ete emprisonne ce moment la....a setif
Revenir en haut Aller en bas
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   Dim 9 Mai - 19:05


Saal BouzidLe premier martyr.
Né le 8 janvier 1919 au douar Zayri, situé à quelques encablures de la commune d’El Ouricia, le jeune Saâl Bouzid est élevé, à l’instar de ses trois sœurs et de son frère, dans la pure tradition du monde rural. La famille est issue d’un milieu modeste.

Le père qui cultivait la terre inculqua à ses enfants les vertus de l’amour de la mère patrie et de l’instruction. Le petit Bouzid, qui n’a pas eu la chance de connaître l’école française, a, par contre, fréquenté des années durant l’école coranique de son village natal. A la mort du père, la mère devant subvenir aux besoins de sa petite famille s’installe avec ses enfants à Sétif où elle a exercé en qualité de femme de ménage. Le dénuement, la misère, les privations et l’injustice ont forgé la personnalité du jeune Bouzid, réservé et pondéré à la fois. Ne supportant plus les mauvaises conditions de vie de ses proches et les souffrances endurées par sa mère, Bouzid, qui n’avait pourtant pas bouclé ses quinze printemps, se mit à travailler. Il est alors embauché comme manutentionnaire dans l’unité de torréfaction appartenant à un certain Blon puis à la charcuterie Zara. Le monde de la manutention était à l’époque truffé de syndicalistes et de nationalistes. Au contact de ces personnes revendicatives, Saâl, qui ne rentrait à la maison que tardivement, avait renforcé ses convictions politiques. Ses sentiments patriotiques se raffermissaient davantage. En réponse aux inquiétudes de sa mère intriguée par les arrivées nocturnes de son enfant, Bouzid, qui ne pouvait mettre au parfum sa mère à propos de ses activités au sein du mouvement nationaliste, n’avait aux lèvres que la récurrente expression : « Si je tombe au champ d’honneur, lance à ma mémoire des youyou. » Ni cette dernière ni les autres membres de la famille ne se sont rendus compte de son penchant pour l’action politique préparée dans un premier temps chez les scouts, renforcée par la suite par les cours du Parti du peuple algérien (PPA), omniprésent du côté des hauts plateaux sétifiens. Grâce à la rigueur organisationnelle et à l’esprit de sacrifice inculqué durant des décades à ses militants, le parti de Messali Hadj a fait de Bouzid, et des milliers d’autres cadres, des férus invétérés de l’indépendance du pays, ne pouvant demeurer éternellement sous le joug colonial. Le 7 mai, Boudjemaâ, le frère de Bouzid, qui rentrera vingt quatre ans après dans l’histoire de l’Algérie contemporaine, sortant de la maison, découvrira l’emblème national accroché au niveau de la rampe de Paolo. Il rebrousse chemin pour « alerter » sa mère : « Viens voir ce qu’a fait ton fils Bouzid, que tu considères comme un saint. » Selon Lyakout, la sœur qui s’est éteinte dernièrement, « ma mère, restée stoïque, ne dit mot ». Le flottement haut de ce drapeau tricolore rouge, blanc et vert, garni d’un croissant étoilé, irrite la police qui intervient et décroche ce morceau de tissu qui sera, dès le 8 mai 1945, l’emblème national du peuple algérien. Quelques instants plus tard, enchaîne la vieille dame qui n’a, en dépit du poids des ans, rien oublié, c’est au tour de mon cousin Mabrouk d’intervenir : « Si ton fils sort demain, il ne reviendra pas. » L’intervention de Mabrouk ne laisse pas Bouzid indifférent qui rétorque sèchement : « Ecoutez, si vous êtes avec la France, moi je ne le suis pas. » En s’adressant pour la dernière fois à ma mère, Bouzid sortait de sa réserve et nous fait part de son engagement politique et de son désir de se sacrifier pour que vive l’Algérie : « Mère, je réitère ma récurrente demande. Si je meurs, lance à ma mémoire des youyous... » La déclaration de Bouzid, qui s’est retiré sur la pointe des pieds, nous a laissés pantois, poursuit Lyakout, trouvant du bonheur à parler de la douceur et de la générosité d’un frère qui mettait au-dessus de tout, de sa propre existence même, l’intérêt suprême du pays. « Le lendemain, Bouzid se réveille comme à l’accoutumée à l’aube, me demande un café et part à jamais », précise notre interlocutrice, ne pouvant contenir ses larmes qui coulaient sur un visage marqué par le temps et ses pénibles épreuves. Le jeune homme qui a récupéré le drapeau porté auparavant par le jeune Cherraga Aïssa n’a pas voulu obtempérer à l’ordre du commissaire Olivieri, qui a voulu confisquer l’emblème national, est froidement abattu au niveau de l’ex-café de France par le policier précité. Cet abominable acte ayant fait de Bouzid le premier martyr des massacres du 8 Mai 1945 s’est répandu telle une traînée de poudre, à travers les quatre coins des hautes plaines sétifiennes qui se sont dès cet instant embrasées. La triste nouvelle n’était pas facile à annoncer. Un beau-parent s’est, nous confie le vieille dame qui ne s’est jamais séparée de sa m’laya (voile des femmes de l’Est algérien), chargé de la mission. Il trouva des difficultés pour affronter ma mère : « Ton fils Bouzid est tombé au champ d’honneur. » Cette grande dame ayant enfanté le preux jeté trois jours après avec 24 autres martyrs dans la fosse commune creusée au cimetière de Sidi Saïd demeure, en dépit des douleurs engendrées par cette énorme plaie... impassible !..el watan.

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.   

Revenir en haut Aller en bas
 
8 mai 1945...8 mai 2010.Non a l'impunite.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le taux horaire au 12/01/2010
» EUR USD pour le 8 Décembre 2010
» Guide d'installation en profession libérale : 2010
» Des élèves pour DEA IFA 37 rentrée en septembre 2010 ?
» Visual Studio 2010, Reportviewer & Acomba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Histoire :: Histoire de l'Algérie-
Sauter vers: