Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HOMMAGE A CHEIKH NOREDDINE...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6080
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: HOMMAGE A CHEIKH NOREDDINE...   Jeu 21 Aoû - 11:25

Hommage au maître
Il y a neuf ans disparaissait Cheikh Nordine

Auteur, compositeur, musicien, chef d’orchestre, comédien... la carrière de Cheikh Nordine est des plus prolifiques. Artiste polyvalent formé sur le tas, il a été le premier chanteur kabyle à avoir été diffusé sur les ondes de la radio. Son répertoire de plus de 400 chansons a forgé le goût de plusieurs générations d’auditeurs mélomanes. Une pléthore de chanteurs a connu la gloire grâce à l’aide et aux conseils que ce pionnier de la chanson kabyle ne manquait pas de leur prodiguer. Natif du village Aguemoun (Larbaâ Nath Irathen) en 1948, Cheikh Nordine y a vécu jusqu’à l’âge de 17 ans. Son père était Cheikh N’tadarth, il assurait la prière au village.

En 1935, Cheikh Nordine rejoint son frère, garçon de café à Alger. Il a d’abord travaillé à la pêcherie dans le bar maritime qui était le lieu de rendez-vous cosmopolite des navigateurs. Après un bref passage aux sports nautiques, il ouvre avec un associé, une gargote rue Violettes, en 1937. Une année qui a marqué les débuts de Cheikh Nordine dans le monde de la chanson. Allo triciti, A Khali khali ou encore Anfiyi adhrough étaient les premières chansons enregistrées chez Pathé Marconi, sur proposition de son directeur, M. Fenkil. Onze chansons au total étaient regroupées dans un disque, qui était alors cassable et en 78 tours. Dans ces chansons imagées, le vécu était dépeint avec réalisme et et simplicité. Quelques cours pris au Conservatoire d’Alger lui ont permis d’apprendre les rudiments de la musique. Cheikh Nordine investissait une bonne partie de ses économies dans l’achat d’instruments de musique qu’il revendait quand il était à court d’argent. En 1938, la radio fait appel à ses services.

Les programmes comptaient à l’époque deux émissions par semaine qui diffusaient des orchestres andalou et chaâbi. Cheikh Noreddine était entouré à la radio d’artistes de renom, tels que Cherifa, Amar Ouyakoub, Aârow Awzelleg, Idir Saïd et Zerrouki Allaoua. Il faut dire que le statut d’artiste avait alors une connotation prérogative dans une société kabyle rigoriste à souhait. Le père de Cheikh Nordine ne voulant pas s’opposer de front à la carrière artistique de son fils, lui recommanda néanmoins, de ne pas composer de chansons susceptibles d’offenser autrui. Même la Radio de l’époque prenait soin d’avertir les auditeurs avant de diffuser les chansons paillardes. Sur la feuille de route, ces programmes étaient répertoriés sous la mention “Chansons légères”. Si Cheikh El Hasnaoui avait osé bousculer les uns en introduisant le thème de l’amour dans ses chansons, c’est parce qu’il chantait en France et devant un auditoire exclusivement masculin. “Il faut lui rendre hommage, car il a rendu ses mots à l’amour, figé jusque-là dans une illustration éculée”, disait de lui Cheikh Nordine. Sa complicité avec Slimane Azem se traduit par une profusion d’œuvres. Des skecths mettant en scène les valeurs humaines et où il campe des rôles avec gaieté et un grand sens du comique. Les chansons interprétées souvent en duo, sont d’une admirable pertinence : la vie en exil et l’espoir d’un retour parmi les siens, la condition de la femme kabyle, la problématique identitaire et les travers de la société y sont ainsi passés au crible. La conquête du 7e art a hissé Cheikh Noreddine à l’apogée de sa carrière. Ses rôles interprétés dans Les hors-la-loi, Elise ou la vraie vie, Patrouille à l’Est, Chant d’automne ainsi que dans de nombreux téléfims ont, en effet, achevé d’asseoir l’aura d’un homme qui, sa vie durant, ne s’est pourtant jamais départi de son humilité.

Nacer Maouche
la depeche de kabylie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HOMMAGE A CHEIKH NOREDDINE...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HOMMAGE A CHEIKH NOREDDINE...
» Seddouk Oufella:Cheikh Aheddad réinhumé dans une grande ferveur.
» Hommage à Ferhat Abbas et Benyoucef Benkhedda
» L’hommage de Yasmina Khadra à Tahar Djaout .
» Sagesses de cheikh echaaraoui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Culture :: Culture, Art, Musique, ...-
Sauter vers: