Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...   Dim 20 Nov - 17:48

Résumé. L’objet de ce travail est de présenter quelques éléments sur la culture savante «locale»
du Sud-Est de la Kabylie au XIXe siècle et au début du XXe siècle. L’utilisation de l’écriture et
la diversité des domaines d’intérêt (identifiés essentiellement sur la base de manuscrits) sont
examinées à travers les écrits de quatre générations d’une famille de lettrés locaux. Une première analyse permet de constater que la contribution de ces lettrés locaux concernait essentiellement la copie d’ouvrage, le commentaire et l’abrégé de textes de référence, les activités judiciaires(consultations juridiques…), les observations astronomiques, l’utilisation des opérations de
calcul, la pratique astrologique…
De nombreuses opinions hâtives ont été émises à propos de la culture savante,c’est-à-dire écrite, en Kabylie au XIXe siècle. Dès 1863, Andrien Berbrugger,président de la Société historique algérienne (coloniale) déclarait1 : « Dans ce pays […] sans savants, sans traditions savantes et même sans livres ». Plus récemment,tout en reconnaissant l’existence d’une « masse de culture demi-savante »,Mouloud Mammeri ira beaucoup plus loin. En effet, il affirme que cette dernière« n’était pas seulement figée, mais qu’elle opérait de façon négative comme facteur bloquant » (Mammeri, 1990 : 9).
Certes, des zones d’ombres importantes recouvrent l’histoire de cette culture
écrite. Cependant, tous les analystes s’accordent sur le fait que depuis le XIVe
siècle, il y a eu un abaissement général du niveau de l’enseignement et un arrêt
brutal de la production. Analysant les activités intellectuelles à cette époque,
Mouloud Mammeri suppose que l’une des causes de leur faiblesse est « le divorce
à peu près absolu entre la culture vivante de la masse, toujours exprimée dans les
langues vernaculaires, et une science des clercs, elle en arabe classique2 ».
La découverte récente d’une khizana (bibliothèque) de manuscrits, constituée
au milieu du XIXe siècle dans le Sud-est de la Kabylie (Aïssani, Adjabi et al.,
1996), permet de lever le voile sur la nature des activités et sur le niveau de la
production intellectuelle (liée à l’écrit) dans cette région à cette époque. Basée
essentiellement sur des matériaux écrits, cet article propose un certain nombre de
pistes de réflexion et de travail qui permettront de cerner la qualité et la densité
de la vie de l’esprit et en particulier, de tenter de situer les principaux éléments
de la transmission du savoir, à travers l’analyse des écrits de quatre générations
d’une famille de lettrés locaux. Dans le premier paragraphe, nous tentons de
situer le contenu de la khizana de Lmuhub Ulahbib (né en 1822) au niveau des
activités intellectuelles avant et après la période qui nous intéresse. Le deuxième
paragraphe est consacré à la présentation d’une famille de lettrés locaux (il s’agit
ici de la famille Ulahbib, propriétaire de la khizana). La culture savante (certes
en arabe classique, mais parfois en arabe populaire et en berbère) et la culture
orale disponibles au sein de cette famille au XIXe siècle sont exposées dans les paragraphes suivants.
La vie intellectuelle depuis le XVIe siècle
Située au coeur de l’espace méditerranéen, Béjaia (Bgayet, Bougie, Bugia,
Buzzea), ville d’Algérie qui donna son nom aux petites chandelles (les bougies)
et à partir de laquelle les chiffres arabes ont été popularisés en Europe, a été au
Moyen Âge l’un des principaux centres intellectuels du Maghreb. À l’époque où.............
1. Cette déclaration a été faite lors de la séance inaugurale de l’Assemblée générale de la Société, le 23
avril 1863 (Berbrugger, 1863 : 124).
2. Il suppose que ceci a eu des effets durablement néfastes au cours des siècles. Mammeri (1990 : 19)
précisera sa pensée en affirmant que « La science figée des livres fige du même coup la création au lieu de la porter ».
.........cette capitale du Maghreb central accueillait les principaux savants de la Méditerranée(Ibn Hamdis, Léonardo Fibonacci, Sidi Bou Medienne, Ibn ‘Arabi, Ibn Sab‘in, Raymond Lulle…), il est probable qu’une grande partie des habitants de sa province (à savoir la Kabylie) était analphabète3. Cependant, plusieurs régionsavaient des centres d’enseignement avec des traditions propres. En effet, le mouvement sufi avait probablement favorisé l’introduction d’une vie intellectuelle d’un niveau élémentaire ou moyen dans les zones rurales.
Les centres d’enseignement
La destruction de Béjaïa par les Espagnols va contraindre de nombreux savants
de Bougie à « émigrer » vers la province4. C’est ainsi que certains centres d’enseignement
vont devenir de véritables instituts5. Ces derniers vont avoir de
nombreux liens entre eux6 ainsi qu’avec les grandes universités de l’époque7. C’est
le cas notamment des instituts d’Ath Yala qui ont joui d’une grande réputation
par le niveau de leur enseignement8. Cette réputation va d’ailleurs dépasser le
cadre des frontières de la Kabylie et ce, pendant plusieurs siècles. Déjà, Ibn
al-Faggun (1590/988h-1663/1073h) affirmait que de nombreux savants constantinois
émigraient dans le pays des Kabyles pour se spécialiser dans la science
des lectures coraniques9.
À cette époque également, la production intellectuelle et l’enseignement ne se
départissent que légèrement de leurs caractères religieux. La plupart des lettrés
étaient des hommes de religion ayant en général une formation de jurisconsulte
et de théologien. Par ailleurs, l’usage de l’arabe littéraire a probablement élargi
le fossé qui existe entre citoyens instruits et analphabètes.
Après la conquête française, les médersas d’Alger, de Tlemcen et de Constantine
vont être créées en 1850. Elles ne comprenaient que très peu d’étudiants......
3. Ainsi,Léon l’Africain avait mis l’accent sur « le manque total de culture des habitants de la Petite
Kabylie » (Léon III, 193).
4. J. Fontaine se demande quel a été l’impact culturel de la Bougie de la grande époque sur son
hinterland.
5. Avec leur histoire propre et leur règlement intérieur strict (Bouabdelli, 1970 : 341). Parmi eux citons
Chellata, Mechdellah, Beni Mellikeche, Smaoun, Boudjellil Ben Dawud, Isula, Yahia ou Musa, Ahmad
et Yahia à Amalou, Sidi Musa à Tinebdar, Al-Bani Sahnun. Une liste des zawiyyas de la région est donnée
dans Nacib, 1970.
6. Lmuhub Ulahbib, qui aurait poursuivi ses études pendant sept ans à la zawiyya de cheikh Aheddad
(Seddouk), va entretenir une importante correspondance avec des zawiyyas extérieures à la Kabylie. On
peut supposer ici qu’une partie de ses correspondants ont fait leurs études avec lui.
7. La famille Yahia U Hamoudi conserve le diplôme du cheikh Mortada az-Zabidy, rédigé de sa plume
et portant le cachet de 1787/1201h. (délivré par l’Université d’al Azhar-Le Caire). Quant à la famille
al-‘Arbi Ben Mesbah, elle conserve un diplôme (Zitouna) de la fin du XIIe siècle de l’hégire (Bouabdelli,
1970 : 341).
8. Selon Mer Bouabdelli (1970 : 341), les programmes étaient équivalents à ceux des universités de la
Zitouna (Tunis) et de la Qarrawiyyin (Fès).
9. Cf. son ouvrage Manshur al-Hidaya fi Kashfi Man Ida‘ al-‘Ilm wal-Wilaya. Voir également ce que dit le
Turc hanafite Abu l’Abbas Ahmad Bernaz, qui a séjourné un temps à Beni Gliss (al-Serradj, 1969).
...........Cependant, selon Pelissier, 27 000 étudiants fréquentaient les écoles coraniques
en 1861. Fourmenteau, quant à lui, affirme qu’il en restait 6500 en 1879. Ceci
peut servir d’argument à l’hypothèse selon laquelle le niveau intellectuel a considérablement
chuté dans les zawiyas après l’insurrection de 1871 (Gehimab,
1996).
C’est enfin en 1880 que commence à émerger une classe de lettrés formés par
l’école française. Nous avons retenu cette date car elle correspond à la période
d’apparition des premiers textes écrits en langue française par des algériens
(Djeghloul, 1988 : 6).
Les bibliothèques
Durant le Moyen Âge, de nombreuses bibliothèques (khizanat al-Kuttub) ont
existé à Béjaia. Certaines d’entre elles, fondées et entretenues par les princes se
trouvaient soit au palais, soit dans la grande mosquée. Ainsi, en parlant d’un
ouvrage, al-Gubrini rapporte que « ce Naskh, appartient au fond de la khizana
as-Sultania, que Dieu la garde et la préserve » (al-Hafnawi, 1991 : I, 117). Ces
bibliothèques contenaient « des livres précieux traitant de diverses sciences ».
Cependant, ces khizanas étaient en général destinées à une élite et n’avaient pas
de durée dans le temps (Brunchvig, 1940 : 368).
Par contre, les bibliothèques des mosquées, des zawiyas et des médersas avaient
un rôle social plus important. Elles ont joué un rôle considérable dans la diffusion
des connaissances au niveau de la masse. Les fonds documentaires étaient
alimentés par l’achat de manuscrits dans les souks10 ou plus fréquemment par
la copie d’ouvrages11. Ces fonds étaient cependant soumis à des risques divers
de dégradation et de perte. De nombreux ouvrages se perdaient « par la pluie
et la main des hommes ».
Les isnads
Selon M. Bencheneb, parmi les cinq idjazas (licences d’enseignement) qui
circulaient chez les savants algériens, une seule avait pour auteur un Maghrébin.
Il s’agit de ‘Abd l-Qadir al-Fasi. La plupart des savants qui y sont mentionnés
sont des « occidentaux » et leur isnad (chaine d’autorités) (Aïssani, 1993 : 65)
nous montre par quelle voie telle ou telle science (tel ou tel ouvrage) arriva au
Maghreb (Bencheneb, 1905 : 168). L’idjaza d’al-Fasi a été achevée en 1770. Son
principal intérêt est qu’elle permet d’avoir une idée sur les ouvrages étudiés au
XVIIIe siècle. Notre décompte indique que près d’une trentaine d’auteurs de la
khizana de Lmuhub Ulahbib figurent dans l’idjaza d’al-Fasi...........
10. Cf. paragraphe 4.3.
11. Cf. au paragraphe 6 les nombreux manuscrits copiés par Lbachir et Lmuhub Ulahbib.
12. Sur les 28 titres de la khizana (mathématiques, science des héritages, astronomie), six ont été édités
par la maison ath-Ta‘alibiyya (sur les neufs ouvrages que compte le catalogue). Remarquons ici qu’aucun
livre d’astrologie n’a été édité par cette maison d’édition.... a suivre

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...   Dim 20 Nov - 17:57

Ouvrages connus au début du XXe siècle
Pour identifier les ouvrages de référence en Algérie au début du XXe siècle,
nous avons utilisé le catalogue de la maison d’édition ath-Tha‘alibiyya. En effet,
les titres édités devaient être considérés comme « classiques ». Ce catalogue comprenait
près de 600 titres dans l’édition de 1929 – cf. DOLI N° 01 (Aïssani et
al., 1996 : 193). Nous avons comparé ce catalogue avec la liste des titres de la
khizana. Plus d’une trentaine des ouvrages de cette dernière y figurent. Cependant,
en ce qui concerne les disciplines « mathématiques », la khizana est de très
loin beaucoup plus « riche »12.
L’enseignement au niveau des deux associations des ulémas
Les principaux ouvrages de référence, utilisés dans le système d’enseignement
des associations des ulémas, figuraient dans la khizana de Lmuhub Ulahbib.
Le système islahiste
Les objectifs des enseignements dans les médersas islahistes sont reportés dans
la référence (El Korso, 1988 : 61). Le programme d’enseignement de base a été
élaboré en 1931. Il comportait trois sections.
Section religieuse : Étude de la Risala d’al-Qayrawani, de la biographie du
prophète (Sira), de quelques chapitres du Coran et de quelques Hadiths.
Section linguistique : Étude de l’Adjurrumiya, élément de morphologie et
choix de quelques qasa’id.
Section pratique (Hayawi) : Science du calcul, éléments de géographie et de
langue française.
Le niveau supérieur13 était destiné à une élite. Il comprenait :
a) Exégèse coranique, fiqh, biographie du prophète pour la partie formation
religieuse.
b) Études classiques : al-Qatr d’Ibn Hisham et al-Alfiya d’Ibn Malik pour la
partie littéraire et linguistique.
Le système maraboutique
L’importance de l’action de l’Association des ulémas Ahl as-Sunna est bien
mis en évidence (Boucenna, 1996). Le programme d’enseignement dans les
zawiyas et les médersas rattachées à cette association est présenté dans El Korso
(1988 : 67). Le niveau supérieur était dispensé, à partir de 1947, à la Koulia
al-Kettania (Constantine)14...............
13. Précisons ici que cet enseignement très poussé ne se pratiquait que dans certaines grandes villes :
Constantine (Ibn Badis), Alger (al-Oqbi), Tlemcen (al-Ibrahimi) et Laghouat (al-Mili).
14. Cheikh Ben Hamlaoui, patron de la zawiyya ar-Rahmaniya d’Aïn al Ars (Sétif ), en était le président
...........Une famille de lettres au XIXe siècle
Présentons à présent une famille de lettrés locaux en nous basant sur des
informations principalement puisées dans les documents écrits.
La région d’Ath Urtilan
Elle est située au Sud-Est de la Petite Kabylie (à une centaine de kilomètres
de Béjaia). Un manuscrit colonial, rédigé à Bougaâ en 1888 par l’instituteur
G. Hénaut, décrit avec précision la commune mixte du Guergour : description
territoriale, commerce et échanges, habitations, caractère de la propriété dans les
tribus, moeurs, instruction15, population, origine des tribus, résumé historique
sur les différentes insurrections, familles marquantes, confréries religieuses16,
renseignements politiques, voies de communication… (Henaut, 1888 : 219).
En ce qui concerne l’instruction, plusieurs travaux ont mis en évidence le
nombre important de zawiyya dans la région d’Ath Urtilan, ainsi que la réputation
des lettrés locaux. Bien avant l’époque que nous considérons, Lhucine
al-Wartilani (1713-1779) l’avait rendue célèbre.
Les familles de lettrés au XIXe siècle
La plupart des familles de lettrés étaient d’origine maraboutique. Elles étaient
associées aux travaux d’organisation de la justice musulmane. Les plus connues
sont celles dont les membres ont, après la conquête française, plus ou moins été
intégrés dans l’administration coloniale et dont les enfants avaient pu poursuivre
des études dans les grandes universités (Qarawiyin à Fès, Zitouna à Tunis et
al-Azhar au Caire)17. Ce devait être le cas par exemple, dans la région qui nous
intéresse, des familles18 Ben ‘Ali Chérif, U Hamoudi et Ben Mesbah.
15. En ce qui concerne l’enseignement du français, en 1888, la commune mixte du Guergour comprenait
neuf écoles fréquentées par 300 élèves indigènes. Il y avait déjà six moniteurs « indigènes ». Précisons ici
que selon F. Colonna, en Kabylie, « les lignages religieux – certains en tout cas – avaient très vite utilisé
les canaux de l’école coloniale ». C. Benhabyles (1914 : 15) affirme quant à lui que « la critique du maraboutisme,
des superstitions est autant le fait des Salafites que des intellectuels francisés et plus encore peut
être, le fait des premiers ». Il ajoute que « leur vision négative des pratiques culturelles populaires, leur
attitude drastique face au maraboutisme et aux confréries empêchent la société rurale de se reconnaître
véritablement dans leur discours ».
16. Les familles de la région étaient en général affiliées aux confréries de la Shadiliyya (de cheikh ash-
Shadili de Kaïrouan) et de la Rahmaniya (de cheikh Aheddad). Soulignons ici le caractère récent de cette
confrérie de racine kabyle (fin du XVIIIe siècle) et son attitude politique constamment oppositionnelle
(Colonna, 1983).
17. La famille Ben Rahal de Nédroma est un exemple type d’élite locale. Hamza Ben Rahal a eu toute
sa vie une activité intellectuelle remarquable et entretenait une importante bibliothèque. Dès 1848, il
rédigea en arabe une histoire de Nédroma que son fils traduisit en français en 1877. Selon Grandguillaume
(1976), « il n’aurait pas négligé ses intérêts matériels ». Il a été fait chevalier de la légion d’honneur par
Napoléon III à Oran en 1865.
Les membres de la famille que nous allons présenter, propriétaires de la
khizana, ne sont jamais sortis de la Kabylie (ni pour études, ni pour pèlerinage).
Par ailleurs, ils n’ont pas été intégrés dans l’administration coloniale (Bach-agha,
Caïd, Cadi…)19.
Une famille de lettrés locaux
La famille Ulahbib habite le petit village familial de Tala Uzrar20 (la source
aux galets), situé à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Ath Urtilan (Beni-
Ourtilane). Les ruines romaines situées à la sortie du village La‘zib21 prouvent
l’ancienneté de la présence humaine dans cette région.
La famille avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans
de l’époque22. D’origine maraboutique, elle affirme avoir eu plusieurs walis
(saints) et plusieurs imams23. Parmi eux, Yahia, Sa’id et Aïssa. Ces deux derniers
noms figurent précisément sur le pacte de réconciliation répertorié ANR n° 12
(Aïssani et al., 1996 : 178). Ce pacte, daté de 1775/1189 h., est un témoignage
sur le règlement d’un différent24.
Dans ce paragraphe, nous allons nous intéresser principalement à quatre
générations de la famille Ulahbib :
Lbachir (mort en 1861)  Lmuhub (né en 1822)  Arezki (né en 1856)
 Les frères [Lbachir (né en 1876), Lmahdi (né en 1892), Ahmad (né en
1900)].
En effet, c’est sur ces membres de la famille que nous avons des écrits. Cependant,
la mémoire collective retient le nom de Aïssa. Ce dernier aurait fondé au
XVe siècle une école (zawiya) à Rasfa25. Son tombeau (Kubba Sidi Aïssa) est encore
de nos jours un lieu de pèlerinage. Détruite par l’armée française au XIXe siècle,
cette zawiya sera reconstruite sous l’impulsion de Lmuhub vers la fin du XIXe
18. En effet, des membres de ces familles (citées notamment par Hénaut, 1888 : 220) avaient poursuivies
leurs études dans les plus grandes universités du monde musulman. Il semble qu’au début du XXe siècle,
il y avait presque autant d’élèves algériens à al-Azhar que dans la plus peuplée des médersa algériennes.
Djeghloul (1988 : 7) estime le chiffre à 200-300.
19. Seul Ahmad Ulahbib (Mechehed), né en 1900, a exercé des fonctions d’administrateur judiciaire.
20. Ce village était encore, en 2004, sans eau courante et sans électricité. La piste qui y mène ne permettait
pas d’y accéder par véhicule par temps de pluie.
21. Situé à 7 km de Tala Uzrar.
22. Voir la description de ces activités dans le manuscrit de G. Hénaut. Nous avons retrouvé une correspondance
adressée à Lmuhub Ulahbib, concernant une commande de miel.
23. Toujours selon Letourneau, « les personnages religieux (membres de confréries, marabouts…) jouissaient
d’une grande considération, s’employaient souvent à apaiser les différents survenus entre familles
ou entre groupes tribaux et bénéficiaient de privilèges comme l’exemption de l’impôt ». Il poursuit en
affirmant « qu’à peu près seuls, ils représentaient la culture écrite, c’est-à-dire la culture arabe ».
24. Sur la liste de noms des personnages ayant assisté à ce règlement figurent Sa’id b. Lahbib et son frère
Aïssa. Par ailleurs, il est déjà question du village de Tala Uzrar.
25. Ce lieu dit, habité par une famille maraboutique, dépend administrativement du village Zakou-AthUrtilan.
siècle. En effet, dans une note manuscrite, Lmuhub consigne l’argent collecté :
« 3 francs, 10 sourdis… », cf. Ms. T N° 04 (Aïssani et al., 1996 : 50).
Nous n’avons pas de témoignages sur les écrits des premières générations, à
l’exception d’un certain ‘Ali Ulahbib mentionné élogieusement dans un acte
notarié daté de 1797/1211h (Aïssani et al., 1996 : 176). Cependant, nous
n’avons pas pu établir son degré de parenté relative à la branche de Lmuhub.
Les cinq générations suivantes ont toutes rédigé des écrits. Ce sont principalement
des ‘Aqa’id (actes notariés…), des correspondances et des copies d’ouvrages.
Certains d’entre eux sont probablement auteurs d’écrits (commentaires, résumés,
compilations…), principalement de théologie et de jurisprudence.
Lbachir, le copiste
Lbachir Ulahbib a joué un rôle essentiel dans la constitution et le développement
de la khizana de son fils Lmuhub. En effet, c’est probablement lui qui a
pris l’initiative d’envoyer Lmuhub poursuivre des études à la prestigieuse zawiyya
de cheikh Aheddad (Seddouk)26. Par la suite, les études, puis les activités intellectuelles
de son fils vont avoir une grande influence sur lui. Une analyse de ses
copies d’ouvrages permet de cerner ses domaines d’intérêt : Coran, grammaire,
fiqh, hadith, littérature, ‘aqida, astrologie, science des héritages, science du calcul.
Des informations sur sa mort sont portées sur le manuscrit F n° 18 (Aïssani et
al., 1996 : 60).
26. Cette zawiyya sera détruite par l’armée française après l’insurrection de 1871 (Boucenna, 1996).
Rappelons ici que cheikh Aheddad (1790-1873) est notamment l’auteur de : Risala fi at-Tassawuf et de
Sharh Mandhumat Ibn Rushd.
27. Une note de sa main, répertoriée DL n° 03 (Aïssani et al., 1996 : 50), précise qu’il était âgé de 52 ans
en 1872/1289 h.

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...   Dim 20 Nov - 18:04

Lmuhub, le fondateur
Lmuhub, né aux environs de 1822/1237 h.27, aurait suivi sept années d’études28
à la zawiyya de cheikh Aheddad. Il est possible de recueillir des informations
sur les écoles qu’il a fréquentées, en particulier sur ses maîtres et ses camarades
de promotion, en analysant attentivement certains écrits de la collection. À titre
d’exemple, dans le manuscrit répertorié MS n° 01 (Aïssani et al., 1996 : 76), un
commentaire de Lmuhub précise qu’un de ses maîtres est Ahmad b. Sahnun.
Nous ignorons si ce personnage enseigna à la zawiyya de cheikh Aheddad, cependant
il appartenait probablement à la famille Usahnun, fondatrice de la zawiyya
cheikh Usahnun, à Taghrast-Ighzer Amokrane. Par ailleurs, dans le manuscrit
DL N° 02 (Aïssani et al., 1996 : 84), une note précise que Lmuhub exerça la
fonction d’imam à Tighilt Imra‘n (Beni Ghbula-Ath Urtilan) en 1881/1298h.
Il est établi que la bibliothèque était la propriété exclusive de Lmuhub. En
effet, dans un pacte d’héritage daté de 1852/1268 h., entre Lmuhub et son frère
La‘arbi, à propos des ouvrages, il est précisé « qu’ils reviennent à Lmuhub, car
ils lui appartiennent par achat et copie (bi Shira wa Naskh wa Nahwaha) ». La
légende rapporte qu’un jour de marché (à Suq al-Djema‘a29), alors qu’il venait
de terminer ses achats, il aperçut un manuscrit en vente. N’ayant plus d’argent,
il demanda à l’échanger contre son burnous.
Les copies d’ouvrages de Lmuhub, dont plusieurs ont été identifiées à partir
de l’écriture, déterminent ses domaines d’intérêt : fiqh, science de la nature,
médecine traditionnelle, science des héritages, tasawwuf, hadith, contes, disciplines
linguistiques, poésie, tafsir, ‘aqida, histoire et bio-bibliographie, astronomie,
science du calcul.
L’analyse de l’oeuvre de Lmuhub permet de mettre en évidence plusieurs
aspects : sa production, ses consultations juridiques, sa correspondance, ses notes
relatives à l’histoire locale, ses généalogies, sa maîtrise de certains domaines de
l’astronomie…
Arezki, le gestionnaire
Arezki est né en 1856. Ses écrits sont très peu nombreux. Cependant, son
rôle dans la préservation et la gestion de la khizana de son père (après la mort
de Lmuhub) est essentiel.
Des écrits de trois de ses enfants (Lbachir, Lmahdi et Ahmed) figurent dans
la collection. Ceci n’est pas le fruit du hasard. En effet, Arezki a accordé un
intérêt particulier à leur éducation. Il a ramené un instructeur à Tala Uzrar.
Yaïche Mokrane al-Hafidhi y est resté sept ans. Sur une note répertoriée DV
n° 15 (Aïssani et al., 1996 : 164), nous pensons avoir identifié le montant de
son salaire (Arba‘a Doria ?).
28. Sans revenir à la maison.
29. Ce marché est cité par Lhucine al-Wartilani.
Lbachir Ulahbib
Né à Beni Yala en 1876/1293 h
., Lbachir Ulahbib a suivi à Ath Chebana les
enseignements de cheikh Sa‘id Abehlul30. Il fût l’héritier direct de la khizana.
Il semble qu’il ait quitté Tala Uzrar assez tôt pour exercer les fonctions d’imam
dans plusieurs villages31.
Lmahdi, source de détermination des dates
Lmahdi (1892-1973) a quant à lui poursuivi ses études dans les zawiyya d’Ath
Chebana, Ath Urtilan, Ath Yala et Akbou32. Il eut comme maître Muhammad
Sediq b. Yahia. Ce dernier avait fait des études à Akbou, cf. DOLI n° 07 (Aïssani et
al., 1996 : 94). Lmahdi était versé dans l’astrologie, l’astronomie et était la personne
la plus compétente dans la région pour pouvoir déterminer les fêtes religieuses, les
périodes de cultures… Ses écrits se rapportent à différents domaines : tasawwuf,
‘aqida, poésie, astrologie, science de la nature, fiqh, astronomie et agriculture.
Ahmed, le politique
Ahmad (1900-1991) est probablement le personnage le plus politisé de la
famille. Nous ignorons si les deux années qu’il a passées en France en 1926, y
sont pour quelque chose33. Ahmed Ulahbib a été candidat à plusieurs élections
locales, dans la première moitié du XXe siècle, au niveau de la commune mixte
du Guergour. Au début de la révolution, il aurait brûlé certains documents
pouvant être compromettants34.
Les femmes de la famille
Les femmes de la famille ne devaient pas être concernées par la culture écrite.
Ainsi, selon un témoignage oral, Ait Hamouda ‘Adada35 (épouse de Lmahdi,
décédée en 1953) ne savait ni lire ni écrire. Cependant, elle connaissait (par
coeur) la Wadhifa az-Zerrukiya et la Wadhifa Yahia al-‘Aydli. C’est par son intermédiaire
que le patrimoine oral de la famille a pu parvenir jusqu’à nous (Aïssani,
Adjabi et al., 1996).
30. Il semble que Cheikh Abahlul ait été l’un des maîtres de Fudil al-Wartilani. Il a enseigné à la zawiyya
de Sidi Musa de Tinebdar (Ath Waghlis). Son tombeau se trouve au Mausolée de Sidi Musa.
31. En 1933, Lbachir était imam au village Taghramt (Beni Afif ). Il excerca également à Rasfa (Zakou).
32. Al-Hafnawi rapporte à propos de la zawiyya Sidi Sa‘id b. Abi Dawud d’Akbou, qu’elle était « en
Algérie centrale et orientale, la meilleure de toutes les zawiyya de ces trois derniers siècles ». Elle fût l’un des
centres de diffusion de sciences (‘Ilm), de théologie, de grammaire, d’astronomie et d’arithmétique les
plus importants de tout le pays Zwawa et jusqu’à Constantine à l’est, Laghouat au sud et Médéa à l’ouest
(al-Hafnawi, 1991 : 2 ,289).
33. Dans la collection figure une attestation de travail, comme manoeuvre spécialisé en construction
mécanique (oct. 1924-1926) de la Maison Léon-James, cf. Ms. DV N° 15 (Aïssani et al., 1996 : 165).
34. Il semble qu’il y avait notamment des photos.
35. ‘Adada Ait Hamouda est la fille de Lbachir U Hamuda, érudit et homme politique de la région de
Sidi Yidir.
Culture orale et culture écrite
Mouloud Mammeri porte un jugement très dur à propos du niveau des lettrés
locaux. Il affirme ainsi « qu’il y avait longtemps que la culture savante, c’està-
dire écrite, avait cessé en Maghreb d’être pourvoyeuse d’idées, si même elle
l’avait jamais été de façon massive »36. Il explique que « sa seule existence, même
purement symbolique, excluait tout autre forme de recherche ou d’expression ».
Il conclut enfin par sa conviction que
« l’oralité de la culture kabyle en 1850, si on la considère du point de vue de sa
privation des avantages considérables que procure l’écrit, c’est sa malédiction,
mais du point de vue de sa relative indépendance par rapport à un écrit atrophié,
atrophiant, c’est sa chance » (Mammeri, 1990 : 19).
Ce point de vue est dû probablement à une vision restrictive de ce qu’est
la culture savante. En effet, il paraît évident que dans l’esprit de Mouloud
Mammeri, cette culture se limite aux disciplines littéraires et théologiques. Or
même dans ces domaines, les non lettrés (du point de vue de l’écriture arabe)
n’avaient pas le monopole de l’oralité (du point de vue de la langue berbère).
Ainsi, la famille Ulahbib possède un fond oral appréciable (en langue berbère) :
témoignages, contes, poèmes, dictons, proverbes… (Gehimab, 1996). À titre
d’exemple, nous reportons ici ces deux fragments de Qasa’id :
1. A Rrsul i bγiγ d udem-ik 1. O prophète, je veux voir ton visage
Dεiγ s lwaldin-ik je t’implore par tes parents
D myat ktub u rebεa et les 104 livres
D kra w- w’iddan d ubrid-ik et de ceux qui ont emprunté ton chemin
A Rrsul b bγiγ an- nemlil O Prophète, je veux te rencontrer
Dεiγ-k-id s Sidna Smaεil je t’implore par Sidna Smail
Iεedda Babas a-t-yezlu que son père allait égorger
Yusa-d ikerri d uk ßil et un mouton noir arriva
2. Ay agellid (a)Rebbi 2. O grand Seigneur
A win iεelmen i wul-iw celui qui connaît tout
Dεiγ k-id s Muhemmed ccrif je t’implore par Muhammed le noble
I tŗebba Hlima élevé par Halima
Ay aεlam i- leγyub O savant des mystères
Dεiγ - k-id s εεli bu- lhiba Je t’implore par Ali l’élégant
G lğennet an- nezdeγ leεli au Paradis nous habiterons les hauteurs
An- neqyyel seddaw ţţuba on se reposera sous un arbre du paradis
La question essentielle qui se pose est de savoir pourquoi ce patrimoine n’a
pas fait l’objet d’écrits. En effet, le document répertorié DV n° 03 (Aïssani et
36. Ici, M. Mammeri émet un doute sur la présence d’un mouvement d’idées qui aurait accompagné les
grands empires du Moyen Âge et qui aurait été à leur hauteur (Mammeri, 1990 : 19). Ce point de vue
n’est pas conforme à nos propres conclusions (Aïssani, 1993). En effet, contrairement à ce qu’il affirme,
Ibn Khaldun et Ibn Rushd étaient présents « en pleine montagne irrédente et en pleine berbérité » (Aïssaniet al., 1996 : 3).
al., 1996 : 94) semble indiquer que les enfants, qui suivaient des enseignements
(en arabe) avaient recours aux caractères arabes pour exprimer leurs pensées (en
berbère). Ce qui est surprenant, c’est qu’à l’exception du manuscrit répertorié
KA n° 22 (Aïssani et al., 1996 : 154), aucun autre écrit (Qasa’id, Khutba ou autre)
en langue berbère n’a été réalisé par des membres de la famille.
C’est la découverte récente de la khizana de Lmuhub Ulahbib (reconstituée
depuis et cataloguée) qui permet de cerner avec précision la culture savante
disponible au sein de cette famille de lettrés locaux au milieu du XIXe siècle. En
effet, parmi les 570 documents répertoriés plus d’une centaine ont été rédigés
par des membres de cette famille.
Il est probable qu’avant la naissance de Lmuhub, la famille Ulahbib disposait
de quelques manuscrits. Cependant, la bibliothèque n’a commencé à se constituer
qu’après le retour de Lmuhub à Tala Uzrar37. La majorité des ouvrages de la
bibliothèque proviennent de copies faites par les membres de la famille (Lbachir,
Lmuhub, Arezki, Lbachir, Lmahdi), des échanges et d’achats38.
Utilisation de l’écriture
À l’heure actuelle, l’idée qu’on se fait de la culture savante disponible en
Kabylie au milieu du XIXe siècle est que cette dernière se limitait à l’assimilation
de quelques connaissances rudimentaires : « un Coran peu compris, une
grammaire souvent ésotérique et quelques manuels médiévaux (principalement
de droit) » (Mammeri, 1990 : 20). Par ailleurs, les écrits ne concerneraient que
« les données généalogiques et littéraires » (Nacib, 1970).
L’analyse des écrits des membres de la famille Ulahbib permet de constater
que l’usage de l’écriture et de la lecture avait un champ d’utilisation beaucoup
plus vaste. Les domaines d’intérêt de chacun d’entre eux ont été cernés précédemment.
Le seul personnage dont la production paraît conséquente et qui peut
être considéré véritablement comme « savant » est Lmuhub. L’apport des autres
dans certains domaines est évident : Lbachir (copie d’ouvrages), Arezki (rôle dans
la préservation et la gestion de la bibliothèque), Lmahdi (pratiques astrologique
et astronomique), Lbachir Mechehed (activités d’imam et de jurisconsulte),
Ahmed (engagement politique).
La copie d’ouvrages
Il est probable qu’au début du XIXe siècle, des membres de la famille Ulahbib
avaient copié quelques ouvrages. Cependant, c’est certainement sous l’impulsion
de Lmuhub que s’est développé cette pratique. Ainsi, Lbachir Ulahbib a grandement
contribué à la constitution de la khizana, notamment par la copie d’une
37. Le premier écrit (identifié) copié par un membre de la famille date de 1843.
38. À titre d’exemple, nous avons trouvé sur un ouvrage de médecine traditionnelle la note suivante :
« Acheté par cheikh al-Muhub pour 1/4 de Ryal à Sidi Muhammad at-Tahar al-‘Aydli »......a suivre

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle.   Dim 20 Nov - 18:16

....vingtaine d’ouvrages. Ces copies ont principalement été identifiées à partir de
l’écriture. L’analyse des copies datées montre que la période pendant laquelle il
s’est consacré à la copie correspond aux années 1854-1859, c’est-à-dire dans les
dernières années de sa vie. Parmi celles qui méritent d’être signalées : des copies
de qasa’id en arabe populaire. La plus ancienne copie identifiée de Lmuhub
Ulahbib date de 1843, alors que la plus récente correspond à l’année 1884. Les
copies identifiées permettent de bien situer les domaines d’intérêts du copiste
sans pour autant statuer valablement sur son niveau.
Il est possible d’identifier la période où Lmuhub a eu accès à des ouvrages
lithographiés. En effet, à partir d’une certaine période, les feuillets de ses écrits
sont numérotés et il présente une table des matières. Il est probable que l’apparition
de livres lithographiés (en Kabylie) ainsi que la consistance de la khizana
aient entraîné une diminution sensible de la pratique de la copie d’ouvrages. En
effet, Arezki n’a copié qu’un seul ouvrage (parmi ceux identifiés) alors que nous
n’avons retrouvé de Lbachir que trois copies : linguistique (DL n° 29) et poésie
(LIT n° 41, LIT n° 49) (Aïssani et al., 1996 : 111).
La copie d’ouvrages répondait souvent à un besoin précis. Ainsi, dans une
lettre à Lmuhub, Muhammad Sa‘id Ben Tayeb lui demande un ouvrage d’Ibn
‘Asim. Il précise « même auprès de quelqu’un d’autre et s’il le faut, je le copierai ».
Les copies se faisaient à des endroits divers. Ainsi, alors qu’il s’était rendu chez
le cheikh Lembarek Sayyid al-Muwafaq, Lmuhub y a copié en 1843 la Qasida,
Qissat fi Zaman ‘Isa39.
Les activités judicaires
Tous les membres de la famille ont eu des activités de jurisconsulte (organisation
judiciaire, actes notariés…). Lmuhub Ulahbib avait reproduit un spécimen
39. Cet écrit est répertorié LIT n° 40 (Aïssani et al., 1996 : 108

pour la rédaction des actes notariés40, basé sur « la méthode de ‘Ali Ulahbib ».
Il s’agit probablement de ‘Ali b. Muhammad b. Sa‘ad Ulahbib, rédacteur en
1825/1240 h. d’un pacte, répertorié ANR n° 05 (Aïssani et al., 1996 : 176). Ce
document est la copie d’un acte rédigé précédemment41. Quatre personnages
importants y témoignent sur le sens de la justice et le savoir de ‘Ali Ulahbib.
Nous n’avons pas pu situer sa filiation par rapport à la branche des descendants
de Lmuhub. Dans la première moitié du XXe siècle, deux petits fils de Lmuhub
vont perpétuer les traditions de la famille, mais à des niveaux différents. Lbachir
Ulahbib (Mechehed) a continué dans le même sens42. Quant à Ahmad,
la découverte de deux de ses cahiers manuscrits43 (figurant dans la collection)
prouve qu’au début des années trente il a exercé des fonctions d’administrateur
judiciaire, probablement auprès du tribunal de Bougaâ44.
Opérations de calcul
Nous avons répertorié SC n° 14 (Aïssani et al., 1996 : 20) plusieurs écrits
isolés sur les opérations de calcul. Cependant, de nombreuses opérations figurent
dans la marge de certains manuscrits, cf. par exemple, Ms. ASL n° 04 (Aïssani
et al., 1996 : 41). Il serait intéressant de comprendre la manière de procéder au
XIXe siècle. Il est probable que la plupart de ces opérations aient été effectuées
par Lmuhub Ulahbib.
La pratique astrologique
Des formules isolées figurent sur de nombreux manuscrits. Nous avons
regroupé celles qui se trouvent sur des feuillets isolés (non identifiés) sous la
référence SC n° 14 (Aïssani et al., 1996 : 20). Certaines d’entre elles ont un
rapport avec le système Khatt ar-Rmal45. Ce dernier permet de « prédire l’avenir
et tirer des augures (al-Fal) ». Par ailleurs, nous pensons avoir identifié dans la
collection46 deux systèmes (qui semblent être apparentés) de numérotation par
les lettres de l’alphabet :
40. Cf. Ms. DV n° 10 (Aïssani et al., 1996 : 164).
41. La date y figure, mais nous n’avons pas pu la déchiffrer.
42. Lbachir a rédigé différents actes, répertoriés AR n° 10 (Aïssani et al., 1996 : 183). Ils sont datés de
1904, 1908, 1909, 1912, 1938.
43. Le premier comprend des centaines de noms de différents villages (il s’agit probablement des personnes
convoquées à des audiences, période 1931/1932). Le second concerne l’état civil des habitants de
certains villages, avec éventuellement les changements de domicile (il date probablement du milieu des
années cinquante).
44. Un témoignage oral précise qu’il a été secrétaire du Qadi al-Mahdawi de Bougaâ.
45. Les règles de cette technique sont contenues dans l’ouvrage Kitab al-Fasl fi ‘Ilm ar-Rmal de Muhammad
az-Zenati (lithographié et non daté). Une étude de ce système a été réalisée par le Dr Perron en 1845, puis
par Ibn Chuaïb en 1906 (Ibn Chuaib, 1906 : 62). az-Zenati prétend que les règles contenues dans son livre
ont été suggérées en rêve au prophète Idris (L’Enoch de l’Ancien Testament). Il est aussi considéré dans
le monde islamique comme le fondateur des sciences célestes et de la philosophie. Certains l’identifient à
Hermès Trimégiste, qui lui même les aurait transmises à sa postérité (Ibn Chuaib, 1906 : 62
Usages de l’écriture et production des savoirs… / 253
REMMM 121-122, 239-259
— Le système d’al-Buni (pour les chiffres donnés par des lettres). Ce système
est constitué de neuf lettres. Il semble que tous les membres de la famille le
maitrisaient (en particulier Lmahdi). Il est probable que ce soit Lmuhub qui
l’ait transmis à ses descendants.
— Le système d’Abu Ma‘shar (Halimi, 1981 : 114).
Les observations astronomiques
Deux membres de la famille étaient versés en astronomie : Lmuhub et Lmahdi.
En effet, nous avons identifié de nombreux écrits relatifs aux méthodes de
détermination de dates (Premier Muharam, Premier Yennayer). En particulier
l’écrit de Lmuhub répertorié ASN n° 20 (Aïssani et al., 1996 : 37) concerne la
détermination des horaires de la prière. Son intérêt pour l’astronomie est confirmé
par ses nombreuses copies des traités d’Abi Miqra’ (XIIIe siècle) et d’as-Susi
(XVIIe siècle). Des notes identifiées indiquent qu’il a prêté plusieurs traités de
cette discipline47.
Quant à Lmahdi, des témoignages oraux précisent qu’il était la source principale
de détermination des dates (fêtes religieuses, périodes de cultures,…) de
toute la région, comme le prouve une de ses correspondances avec Naser Ben
Naser48, membre fondateur de l’Association des Ulémas.
Agriculture et médecine traditionnelle
La pratique de la médecine traditionnelle concernait principalement deux
membres de la famille : Lmuhub et Lmahdi. On peut en avoir une idée à travers
leurs écrits relatifs à la botanique49, à l’agriculture50 et à l’éducation sexuelle
(Aïssani, Adjabi et al., 1996). En particulier, Lmuhub a été au centre d’une
importante circulation de traités de médecine51.
La production intellectuelle
Seuls Lmuhub et Lmahdi ont probablement rédigé des écrits originaux. La
production (commentaires, abrégés…) de Lmuhub n’a pas pu être cernée avec
précision. Cependant, il est possible d’identifier les ouvrages qu’il a rédigés. En
46. Cf. Ms. ASN n° 19, LIT n° 50, LIT N° 53 et SC n° 10 (Aïssani et al., 1996).
47. Ainsi, Il a prêté le manuscrit Hashiat Ibn ‘Ali ash-Sherif ‘ala ‘Ilm al-Falak Susi (astronomie) à Cheikh
Tayeb b. Muhammed Ameziane (Imam à Tighilt). De même, il a prêté l’ouvrage al-Hashimiya ‘ala ‘Ilm
al-Falak à un lecteur inconnu.
48. Naser b. Naser était président du Bureau de Bougaâ de l’Association des Ulémas (Wartilani, 1934 :
329).
49. Des commentaires de leurs mains figurent sur le traité d’Ibn al-Baytar (Aïssani et al., 1996 : 76).
50. Un poème copié par Lmuhub Ulahbib permet de retenir les périodes propices aux cultures (olives,
figues…). Une de ses notes indique qu’il a prêté l’ouvrage al-Mugharasa d’al-Mejaji au Caid Sid Ben ‘Abid.
Par ailleurs, nous avons retrouvé un calendrier agraire copié par Lmahdi.
51. Par ailleurs, durant cette période, il a notamment emprunté : un traité de science de la nature, Isharat
Tuyur wal-Azhar (qui contenait plusieurs dessins sur les animaux et les arbres), al-Waqwaq, ainsi qu’un traité de médecine.
effet, nous avons fait la différence entre ses propres écrits (katabaho) et ceux
qu’il a copié (nasakhaho). C’est surtout dans le domaine du fiqh que nous avons
retrouvé le plus grand nombre d’écrits. L’analyse de ces derniers pourra nous
renseigner sur son niveau et sur son apport.
L’écrit de Lmahdi qui nous parait le plus précieux est un petit commentaire
de la ‘Aqida as-Sughra d’al-Sanusi en langue berbère (de caractères arabes). Il
s’agit d’un traité sur la science de l’unité de Dieu (‘Ilm at-Tawhid). Son existence
pourra permettre de mieux situer l’apport de la langue berbère dans l’action des
religieux devant prêcher auprès des berbérophones.
Par ailleurs, nous avons retrouvé une khutba de Lbachir Ulahbib. Elle date de
l’Aïd al-Fitr 1859/1275 h. Une autre khutba d’Ahmad figure également dans la
collection. Elle a été rédigée en 1921.
Les consultations juridiques
L’analyse des consultations juridiques de Lmuhub Ulahbib permet d’identifier
ses ouvrages de référence : Sahnun, Qamus, al-Hattab, al-Banani, az-Zarqani,
Sanhîri, Fatawi al-Machdaly, Kitab al-Mugharasa li ‘Ali al-Mejaji, Myara, al-
Laqani, Nawazil Ibn Rushd, Ibn ‘Arafa, Lekhmi, Kitab Dala’il wal-Adhdad,
Durar al-Maknun fi Nawazil Mazuna, Tabsirat Ibn Farhun, al-Uqbani… Dans
une information contenue dans le manuscrit DV n° 08 (Aïssani et al., 1996 :
163), on peut avoir une idée de l’importance de ses consultations. En effet, les
habitants du village Ibouzelatan des Ouled Qasa, non convaincus par le jugement
prononcé par Ahmad b. Naser al-Khalfi, sont venus voir Lmuhub Ulahbib pour
trancher (à propos d’un problème d’héritage).
La correspondance
Les lettres ont une importance particulière. En effet, Lmuhub Ulahbib a
entretenu une importante correspondance avec plusieurs personnalités religieuses
(cheikh de zawiya, imam de village, cadi…) extérieures à la Kabylie ((Aïssani,
Adjabi et al., 1996). Ainsi, dans la lettre répertoriée COR n° 33 (Aïssani et
al., 1996 : 174), Ahmed b. Muhammad b. Naser52 répond à une question de
Fiqh que lui avait posé Lmuhub. Quant aux lettres d’Ahmad Ulahbib, elles
ont un intérêt pour les évènements politiques locaux de la première moitié du
XXe siècle.
Les témoignages sur l’histoire locale
Lmuhub est le seul qui ait fréquemment rédigé des notes isolées. Ces dernières
contiennent des informations essentielles sur l’histoire locale : insurrection de
1864, famine de 1877, épidémie de 1753, arrivée des criquets en 1850, prix
des produits, technique de calcul… (Aïssani, Adjabi et al., 1996). Ainsi, sur le
52. Nous ignorons si ce personnage a un lien de parenté avec le copiste du manuscrit SC n° 11 (Aïssani
et al., 1996 : 19).

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle.   Dim 20 Nov - 18:27

manuscrit KA n° 02 figure la note suivante : « Le 29 Dhy Hidja 1276 de l’hégire
à 7 heures, étaient présents, le Qadi Muhammad La‘arbi Ben Mesbah et le Faqih
Muhammad Seghir Benkhelifa al-Fetzatti pour assister à un héritage entre cheikh
Lmuhub et son frère La‘arbi. Il s’est produit une éclipse totale du soleil ».
Certaines de ces notes permettront notamment de reconstituer le milieu
intellectuel de la région d’Ath Urtilan au milieu du XIXe siècle.
Apprentissage des langues anciennes
Lbachir Ulahbib a manifesté de l’intérêt pour certaines langues anciennes.
Ainsi, sur le manuscrit répertorié DL n° 40 (Aïssani et al., 1996 : 94), nous
avons identifié l’alphabet syriaque53. Les 29 lettres qui y figurent sont chacune
identifiées à une lettre de l’alphabet arabe. Elles ont été rédigées par Lbachir
Ulahbib en 1857/1274 h. Au début du texte figure la phrase suivante: « Ceci est
l’alphabet syriaque, pour ceux qui voudront l’enseigner à leur frère, leur fils ou
leur ami ». Par ailleurs, sur le manuscrit ASL n° 19 figurent 14 lettres de l’alphabet
latin. Sous chaque lettre figure la lettre arabe correspondante. Précisons que
l’ordre correspond à celui de l’alphabet arabe : a, b, t, h, g, l, k, m, n, s, e, i, r.
Enfin, un alphabet non identifié a été repéré à deux reprises. Dans le manuscrit
DL N° 40, il comporte 28 lettres. il est précisé qu’il s’agit du Qalam at-Tabi‘i.
Le copiste écrit, « nous présentons cette écriture, car elle est très demandée. Il
s’agit d’une ancienne écriture utilisée par les savants « naturalistes ».
Les activités politiques
Nous n’avons pas de témoignages sur les activités politiques des premières
générations. Cependant, Lmuhub donne des informations sur la répression en
1865/1281 h54. Il précise notamment que les emprisonnements n’ont épargné ni
les femmes ni les vieux. La phrase suivante est significative : « à tel point qu’on
souhaitait la mort » (cf. document répertorié DV n° 04 (Aïssani et al., 1996 :
163). Par ailleurs, il aurait eu deux armes à feu : une carabine (bunduqiya) et
un pistolet (kabus)55.
Le plus politisé de la famille est incontestablement Ahmad. Selon son propre
témoignage, il aurait participé le 4 juin 1931 aux élections, lors de la fondation
de l’association des ulémas56.
53. Il s’agit d’une langue sémitique ancienne, parlée dans la Mésopotamie septentrionale.
54. Lmuhub s’était déplacé à Ath Yala pour ramener la dépouille de son frère Mohand Amokrane. Il
raconte les brimades dont il a été victime de la part du Caid Bendjeddou.
55. Le premier aurait été remis aux Moudjahidines en 1954, alors que le second a été offert par Lmuhub
à son beau fils, cf. document répertorié DV n° 15 (Aïssani et al., 1996 : 165).
56 Son témoignage est à ce propos très précis : Ibn Badis (président), Bachir al-Ibrahimi (vice-président),
Tayeb al-Okbi (deuxième vice-président), al-Mili (trésorier), Ahmed Bouchemal (directeur du journal),
Tebessi, al-‘Amudi, al-‘Ababsa Abu Yala az-Zwawi, Cheikh al-‘Aid Abu La‘id al-Khalifa, Yahia U Hamoudi :
membres. Il ajoute : « avec la participation de Fudil al-Wartilani
La présence dans sa correspondance d’une lettre de Mulud Seddiq al-Hafidhi57
peut laisser penser qu’il avait des rapports avec l’Association des ulémas Ahl
as-Sunna58.
Un témoignage oral précise qu’il avait été chargé (avec Salah Uhama du village
Luta n’Tkurth - Bougaâ) par l’Association des ulémas d’accompagner Yahia
U Hamoudi du village Ulmudhen-Ath Urtilan à Alger59.
À propos de l’Association des ulémas, un témoignage oral précise que le frère
d’Ahmad, Lmahdi, refusa d’y adhérer en 1934, malgré l’insistance de Fudil al-
Wartilani60.
Ahmed Ulahbib a été candidat à des élections locales. Parmi les nombreux
bulletins de vote retrouvés dans ses archives, on retrouve son nom à trois reprises
sur la liste Zeriati61, notamment au scrutin de Ballotage du 24 septembre 1945
et aux élections de la Djemaâ du 14 avril 1953 (Ain Legradj-Commune mixte de
Bougaâ). Dans un tract manuscrit62, Ahmad avait lancé un appel aux électeurs
à voter pour ceux qui défendront leurs intérêts et à ne plus voter pour ceux qui
depuis 25 ans les représentent sans défendre leurs intérêts.
Les généalogies
Les généalogies63 de Lmuhub Ulahbib peuvent notamment servir à identifier
certains livres qu’il a pu consulter : Tabsirat, Rihla… En effet, dans un écrit daté
de 1884/1301 h., Lmuhub affirme que sa famille est descendante de Mulay Idris
al-Akbar64. Il écrit notamment que « ceux qui ne le croit pas peuvent se référer
aux ouvrages d’Ibn Farhun (Tabsirat)65 et d’al-Wartilani (Rihla) ».
57. al-Hafidhi Mulud Seddiq, mort en 1947 a enseigné à la zawiyya ‘Abd ar-Rahman al-Yalluli. Il semble
qu’il ait été l’un des premiers à répondre à l’appel d’Ibn Badis en 1925 pour la création d’un parti politique
religieux réformiste (cf. Revue Chihab n° 3, nov. 1925). Il a participé à la fondation de l’Association des
ulémas en 1931, mais s’est retiré par la suite avec les cheikhs de zawiyya qui vont fonder l’Association des
ulémas Ahl as-Sunna (Boucenna, 1996). Il en fut le premier président.
58. À ce propos, il semble que le premier bureau, issu du 5 mai 1931, était composé d’ulémas et de maraboutiques
traditionalistes. Selon el-Korso, « ces derniers ne pouvant donner à l’AOMA l’orientation qu’ils
voulaient, se retirèrent en mai 1932 et fondèrent aussitôt l’Association des ulémas sunnites d’Algérie »
(El Korso, 1988 : 98).
59. Selon un écrit d’Ibn Badis, Yahia U Hamoudi y a fait un discours en kabyle qui aurait eu un impact
certain. Ibn Badis précise ensuite que s’il l’avait retenu, il l’aurait publié dans son intégralité (Ibn Badis,
1936 : 605). Un autre témoignage oral précise qu’Ahmed était un ami de Bouchemal. Ce dernier a été
rédacteur des journaux al-Muntaqid et Chihab.
60. On ignore les raisons de ce refus. Il est probable que ce soit en rapport avec les divergences apparues
entre les différentes tendances (Boucenna, 1996) ou bien en rapport avec ses activités dans le domaine de
l’astrologie et de la médecine traditionnelle.
61. Cette liste porte le nom de « Concorde Franco-Musulmane ».
62. Ce tract, non daté et relatif à des élections locales a également été retrouvé, cf Ms DV n° 14 (Aïssani
et al., 1996 : 164).
63. Cf. par exemple dans le manuscrit répertorié DL n° 03 (Aïssani et al., 1996 : 84).
64. Il s’agit d’un descendant de l’imam Ali (calife). Rappelons ici qu’à l’époque la plupart des marabouts
cherchaient à établir un lien entre leur famille et celle du Prophète.

Lmuhub Ulahbib affirme par ailleurs que son ancêtre Aïssa Ulahbib est descendant
de Yucef al-Wanughi (XVe siècle)66.
Gestion d’une bibliothèque
La vision qu’avait Lmuhub sur l’utilisation de sa bibliothèque est bien précisée
dans ses waqfs : « mes ouvrages […] rédigés, copiés ou achetés […] doivent servir
à ceux qui possèdent des connaissances et à ceux qui recherchent le savoir ». Plus
loin, il ajoute « j’interdis tout ajout ou rature ! ».
Dans ses calepins, Lmuhub Ulahbib notait les titres des ouvrages prêtés et
empruntés67.
Le rôle d’Arezki dans la préservation et la gestion de la khizana de son père
(après la mort de Lmuhub) est essentiel. Il a fait un inventaire des ouvrages de
la khizana (répertorié DV n° 06) et a continué à entretenir des rapports avec
certains des correspondants de son père (prêts de manuscrits). Après lui, c’est son
fils Lmahdi qui a le plus utilisé la khizana. En effet, il est également l’auteur d’un
inventaire des ouvrages, répertorié DV n° 05 (Aïssani et al., 1996 : 163), dans
lequel il précise : « voilà ce que nous a laissé notre ancêtre as-Sayid Muhammad
Lmuhub de Kuttub (livres) et de Kararis (cahiers). Parqué dans un camp en 1957,
il avait demandé à sa bru, Zahira, de « sauver ses livres » (Gehimab, 1996).
*
* *
La découverte, la reconstitution et la réhabilitation d’Afniq n’Ccix Lmuhub
(La khizana de cheikh Lmuhub) ont déclanché une véritable prise de conscience.
Aujourd’hui, de nombreuses bibliothèques sont devenues accessibles (celle des
Boudaoud à Taslent, celle de cheikh Ouamara à Tilmiouine, celle des Usahnun
à Taghrust…). Cette nouvelle donne permet de défricher de nombreuses directions
de recherche.
À titre d’exemple, il est possible de cerner l’efficacité de la transmission à travers
l’analyse des documents et témoignages relatifs au système de détermination
des dates (Muharam, Yennayer). En particulier, il sera possible de confirmer (ou
d’infirmer) l’hypothèse émise ces dernières années selon laquelle la répression qui
a suivi l’insurrection de 1871 en Kabylie a été à l’origine de la baisse du niveau
des connaissances des lettrés locaux.
65 Ici, Lmuhub Ulahbib fait une erreur. Il confond probablement le célèbre traité du juriste de Médine
avec le livre Tawarikh al-Akhbar wa Ta‘rif bi Nasb an-Nabi al-Mukhtar. En effet, c’est dans cet ouvrage
de ‘Ali Ibn Farhun (1298-1345) qu’il est question de généalogie. Cet auteur, d’origine tunisienne, avait
beaucoup voyagé en Orient.
66. Cette information est reproduite par Lmahdi dans une de ses généalogies (cf. Ms. LIT n° 56.).
67. La découverte de ces calepins ainsi que différents autres écrits permettent d’avoir une idée précise de
la circulation des textes dans la région, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces documents donnent
également la possibilité de reconstituer l’entourage intellectuel de Lmuhub et par là même, de cerner avec
précision le milieu des érudits de l’époque.
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
AÏSSANI Djamil, 1993, Bougie à l’époque médiévale : les mathématiques au sein du mouvement
intellectuel, IREM Ed., Rouen, 112 p.
AÏSSANI Djamil, ADJABI Smail, MECHEHED Djamel et RADJEF MOHAND Saïd, 1996,
« Afniq n ccix Lmuhub : une bibliothèque de manuscrits au fin fond de la Kabylie »,
in Proceedings of the Second European Conference EURAMES, Aix-en-Provence.
AÏSSANI Djamil, MECHEHED Djamel et al., 1996, Manuscrits de Kabylie : catalogue de la
collection Ulahbib, GEHIMAB Ed, Béjaia, 215 p.
BENCHENEB M., 1905, « Études sur les personnages mentionnés dans l’idjaza du cheikh
Abdelkadir al-Fasi », in Actes du XIVe Congrés international des orientalistes, Alger :
168-535.
BENHABYLES C., 1914, L’Algérie française vue par un indigène, Fontana éd., Alger.
BERBRUGGER Andrien, 1863, « Discours à l’assemblée de la Société historique algérienne »,
Revue Africaine, (7) : 124 -126.
BOUABDELLI M., 1970, « Histoire de Béjaïa », al-Assala : 339-356.
BOUCENNA Ahmed, 1996, « Sur Mulud al-Hafidhi, cheikh Haoues et cheikh Aheddad »,
in Lettre à D. Aïssani, Sétif.
BRUNSCHVIG Robert, 1940, La Berbérie orientale sous les Hafside, Andrien-Maisonneuve
éd., Paris.
CHERBONNEAU A., 1860, « Notice et extraits du ‘Unwan ad-Dirayya fÐ Mashay’ikh Bijaia »,
Revue algérienne et coloniale : 01-14.
COLONNA Fanny, 1983, La reconversion d’un lignage saint dans le Nord-Ouest de l’Aurès,
XIXe-XXe siècle, CRIDSSH, Oran.
DERMENGHEM E., 1954, Le culte des saints dans l’islam, Gallimard éd., Paris.
DJEGHLOUL Abdelkader, 1988, « La formation des intellectuels algériens modernes,
1880-1930 », in Lettrés, intellectuels et militants en Algérie, 1880-1950, OPU, Alger :
01-29.
GAID Mouloud, 1976, Histoire de Béjaia et de sa région, SNED éd., Alger.
GEHIMAB, Association, 1996, Afniq n Ccix Lmuhub : une bibliothèque de manuscrits au
fin fond de la Kabylie, exposition, Théâtre Régional de Béjaia.
— Influence de la pensée de cheikh Aheddad sur la vallée de la Soummam et le sud-est de
la Kabylie. Exposition, Commémoration du 125e anniversaire de l’Insurrection de
1871, Seddouk.
GRANDGUILLAUME G., 1976, Nédroma, l’évolution d’une Madina, Leinden.
AL-HAFNAWI A.M., 1991, Ta‘rif al-Halaf bi Ridjal as-Salaf, ENAL, Alger, 1991.
HALIMI A., 1981, « Les mathématiques chez les Arabes », al-Asala, 89/90 : 114 suiv.
HENAUT G., 1888, « La commune mixte du Guergour », in L’arrondissement de Bougie.
IBN CHUAIB A., 1906, « La bonne aventure chez les musulmans du Maghreb », Revue
Africaine, (50) : 62-71.
M. EL KORSO, 1988, « Structures islahistes et dynamique culturelle dans le MNA 1931-
1954 », in Lettrés, intellectuels et militants en Algérie, 1880-1950, OPU, Alger :
54-106.
MAMMERI Mouloud, 1990, Cheikh Mohand a dit, Inna-Yas éd., Alger, 208 p.
MARÇAIS George, 1950, Bougie, Documents Algériens (46).
NACIB M., 1970, Les zawiyas des sciences et du Coran en Algérie, Alger-Damas.
IBN AL-WAZIR al-Sarradj, 1969, al-Hula as-Sundusiyya fi al-Akhbar at-Tunisiyya, Tunis.
TOUATI Houari, 1983, « Qu’est-ce-qu’une zawiyya rurale en Algérie au XIXe siècle », in
Actes du IIIe Congrés d’Histoire et de la Civilisation du Maghreb, Oran : 349-366.
WARTILANI Fodil, 1934, « Sur Naser b. Naser », Chihab (de l’Association des uléma) (7) :
329 suiv.


Djamil Aissani, Djamel Mechehed*
* Association GEHIMAB, Laboratoire de recherche LAMOS. Université de Béjaïa, 06000 Algérie.

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Usages de l’écriture et production des savoirs dans la Kabylie du XIXe siècle...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» transfert d'écriture suite au rapport hebdomadaire détaillé
» Pétrole, population et pic de production
» écriture d'un paiement pré-autorisé
» production d'argent métal
» Gestion de production

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Culture :: Culture, Art, Musique, ...-
Sauter vers: