Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 hommage a fernand yveton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
samsam
Confirmé
Confirmé


Féminin
Nombre de messages : 155
Age : 54
Localisation : alger
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : ma devise rester positive autant que possible!
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: hommage a fernand yveton   Mar 28 Fév - 0:33

fernand yveton a donné sa vie pour que notre algérie devienne ce qu'elle est , c'est à dire libre et indépendante et pourtant hier lors de la commémoration de sa mort aucun officiel n’était présent pour honorer sa mémoire. je trouve cela honteux car il le mérite autant que n'importe quel algerien qui soit mort durant la guerre de libération, autant que malika gaid ou hassiba benbouali ou encore bouguerra ou autre....d'ailleurs beaucoup d’européens et même des américains ont participé à notre guerre contre le colonisateur français et ils sont oubliés de nos jours! même les morts n'ont pas eu de rue ou d’école en leur nom . leur origine ethnique, religieuse ou appartenance politique ne devrait pas entrer en liste , du moment qu'ils se sont sentis ou se sentent encore algériens et qu'ils ont épousé la cause algérienne jusqu'à donner leur vie, tel fut le cas d' yveton ou alors le professeur cholet qui lui, vit toujours en algerie et qui a élevé ses enfants comme de vrais algeriens d'ailleurs son fils est journaliste animateur sur la chaine 3 il a le pseudonyme d edjamel zelag et son emission passe tous les jours de 14h à 16h . qu'en pensez vous ,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thala
Confirmé
Confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 503
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   Mar 28 Fév - 0:57

Bonsoir Samsam

permet moi d`ajouter ceci :
Il est le seul Européen parmi les 198 prisonniers politiques guillotinés de la Guerre d’Algérie. Avec lui, deux autres resistants algériens, Mohamed Lakhnèche et Mohamed Ouenouri, subissent le même supplice. Me Albert Smadja, son avocat commis d'office, témoin de la décapitation, rapporte qu'avant de mourir Fernand Iveton déclara : "La vie d’un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir. Et l’Algérie sera libre demain. Je suis persuadé que l'amitié entre Français et Algériens se ressoudera."
Il faut admettre que certains hommes et femmes ,vont au bout de leurs idees et convictions au prix de leurs vies.


bonne nuit ou bonne journee ,car cela depend de l`endroit ou vous etes ....Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   Mar 28 Fév - 11:53

.......et dire que les derniers mots de Feu Fernand Yveton,avant d’être guillotine a Barberousse(Serkadji): "Je vais mourir, mais l’Algérie sera indépendante".

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MissNchrea
Confirmé
Confirmé


Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   Mer 29 Fév - 13:26

Qui se souvient de Fernand Iveton, ouvrier, communiste, rallié au FLN, guillotiné à Alger, en 1957. Et qui se souvient du nom de celui qui était alors ministre de la Justice? L'affaire Iveton, un silence français.

Par EINAUDI JEAN-LUC

Une vieille dame est morte, le dimanche 10 mai 1998, à Arcueil.

Selon ses volontés, elle a emporté avec elle, dans la tombe, le portrait de l'homme qui fut l'amour de sa vie. Elle s'appelait Hélène Iveton.

Son mari, Fernand Iveton, fut guillotiné à Alger, dans la cour de la prison Barberousse, le 11 février 1957. Qui se souvient de Fernand Iveton? Le ministre de la Justice s'appelait alors François Mitterrand.

Ouvrier, communiste, se considérant comme algérien, Fernand Iveton avait rallié le FLN, alors que la guerre faisait rage en Algérie. En novembre 1956, il avait décidé de procéder au sabotage d'un tuyau dans l'usine à gaz où il travaillait, au moyen d'une bombe. Des précautions avaient été prises pour que l'explosion n'occasionne pas de victime mais uniquement des dégâts matériels. Arrêté le 14 novembre 1956, avant même qu'il ait pu installer la bombe, il fut d'abord torturé par des policiers, comme cela était alors la règle: décharges électriques sur le corps, supplice de l'eau.

En exécution des pouvoirs spéciaux votés par l'Assemblée nationale, en mars 1956, à la demande du président du Conseil, le socialiste Guy Mollet, et des décrets d'application qui suivirent, il comparut dix jours plus tard devant un tribunal militaire présidé par un magistrat volontaire. Il n'y eut aucune instruction préalable à l'affaire. Deux jours avant le procès, deux avocats furent commis d'office. La direction du Parti communiste français ayant d'abord interdit à l'avocat communiste Gaston Amblard de défendre Iveton, celui-ci fut abandonné à cette parodie de justice.

Condamné à mort par le tribunal militaire d'Alger, son recours en grâce, plaidé notamment par l'avocat communiste Joé Nordmann, fut rejeté par le président de la République d'alors, René Coty. Celui-ci se contenta de raconter aux avocats l'anecdote suivante: en 1917, alors qu'il était jeune officier, il avait vu fusiller deux jeunes soldats français. Alors que l'un d'eux était conduit au poteau d'exécution, le général lui avait dit: «Toi aussi, mon petit, tu meurs pour la France.»

Fernand Iveton devait être guillotiné pour l'exemple. Il mourut en criant «Vive l'Algérie!», en compagnie de Mohamed Ouenouri et de Mohamed Lakhnèche. Avant d'être exécutés, les trois hommes s'embrassèrent.

J'ai écrit un livre, paru en 1986, sur cette affaire. François Mitterrand, président de la République, n'avait pas donné suite à ma demande d'entrevue (1). Le dossier de recours en grâce, m'avait-on dit, avait disparu des archives du ministère de la Justice.

Le 24 mars 1994, trois journalistes furent reçus par le président de la République. En 1956, en tant que ministre de la Justice, il était vice-président du Conseil supérieur de la magistrature, qui examinait les recours en grâce et procédait à un vote. Comme ils lui demandaient: «Qu'avez-vous voté sur le dossier Iveton?», François Mitterrand leur avait répondu: «Je ne peux pas vous le dire (2).»

Or, comme beaucoup d'éléments me l'avaient déjà fortement laissé supposer, François Mitterrand avait voté la mort de Fernand Iveton. C'est ce que Jean-Claude Périer, secrétaire du CSM de 1956 à 1959, révéla aux trois journalistes.

En 1965, François Mitterrand devenait candidat unique de la gauche à l'élection présidentielle. Le silence s'étendait sur son action durant la guerre d'Algérie, comme ministre de l'Intérieur d'abord, puis comme ministre de la Justice.

Cette histoire-là reste à écrire.

(1) Pour l'exemple (l'affaire Fernand Iveton), préface de Pierre Vidal-Naquet, l'Harmattan, 1986.

(2) La Main droite de Dieu, Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez, le Seuil, 1994.

Jean-Luc Einaudi est historien.

http://www.liberation.fr/tribune/0101249350-qui-se-souvient-de-fernand-iveton-ouvrier-communiste-rallie-au-fln-guillotine-a-alger-en-1957-et-qui-se-souvient-du-nom-de-celui-qui-etait-alors-ministre-de-la-justice-l-affaire-iveton-un-silence-fran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rima
Cordon Bleu
Cordon Bleu
avatar

Nombre de messages : 1283
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   Mer 29 Fév - 22:45


c'est bien honteux c'est le moins que l'on puisse dire !
ces gens mort pour l'algérie ont un double mérite car après tout ce n 'est pas leur patrie m^me si le combat pour la justice ne doit pas avoir de frontières
la moindre des choses c'est de'les évoquer au moins aux anniversaire de leurs morts comme ont le fait pour les autres chouhadas !
même si cette année on remarque pour la célébration du 50 ème anniversaire de l'indépendance l'organisation de quelques journées pour évoquer quelques uns de ces étrangers qui ont offerts leurs vie pour notre pays mais ça reste loin de leur rendre justice
Justice doit être rendue à ces hommes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samsam
Confirmé
Confirmé


Féminin
Nombre de messages : 155
Age : 54
Localisation : alger
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : ma devise rester positive autant que possible!
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   Mer 29 Fév - 23:21

merci de nous avoir fait parvenir cet article sur yveton paru sur le journal libération, , je ne l'avais pas lu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hommage a fernand yveton   

Revenir en haut Aller en bas
 
hommage a fernand yveton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hommage a fernand yveton
» Fernand Yveton - 1957
» Hommage à Ferhat Abbas et Benyoucef Benkhedda
» L’hommage de Yasmina Khadra à Tahar Djaout .
» Hommage aux associations de Kabylie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Histoire :: Histoire de l'Algérie-
Sauter vers: