Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 NNIG USENNAN .Décrire le temps perdu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: NNIG USENNAN .Décrire le temps perdu...   Lun 23 Avr - 16:25

Dans Nnig Usennan, un roman en tamazight paru il y a deux ans aux éditions L'Odyssée de Tizi Ouzou, Boualem Rabia peint les douleurs et les déconvenues de Yidir, jeune étudiant à Alger. Ce dernier est si blasé qu'il finit par fuir la capitale. Il revient se ressourcer dans sa montagne natale. Dans cette dernière, lui semble-t-il, le monde n'est pas encore défiguré par l'insignifiance de la vie citadine, la cupidité d'aujourd'hui qui bouscule toutes les valeurs ancestrales, malmène la quintessence même d'un environnement culturel naguère encore omniprésent autour de lui. Très vite, Yidir déchante.
Le constat est amer: cette culture disparaît progressivement avec ses derniers dépositaires. «Révolte! Car l'homme de principes est devenu une sorte d'énergumène anachronique avec son époque dominée par l'appât du gain facile, par la gérance des trop-vite-arrivés, dont Wecci est la figure de proue...», nous confie l'auteur du roman. Le flambeau de l'identité culturelle peine à rester allumé: les jeunes n'écoutent, ni n'apprennent plus auprès des anciens; l'esprit matérialiste a supplanté les trésors de la sagesse ancestrale jetée aux orties, l'individualisme a supplanté
l'identité de la tribu. Identité que Ba Zemni s'évertue à préserver, à ne point trépasser, tant que ses disciples (Sedda,Mayas...) n'auront pas repris ce flambeau menacé par les ténèbres définitives...
«La Tribu est donc démoralisée, dévitalisée. C'est ainsi que la voit Yidir, qui fuit son monde et devient noctambule... pour écrire entre rêve et réalité... Entre rêve et réalité d'une société qui "mute" négativement, en faisant fi des repères identitaires, des mythes ancestraux (au sens sociologique du terme)», ajoute Boualem Rabia. Ce premier roman d'un auteur qui n'en est pas à son premier livre qui, hormis l'histoire, «se soucie de sauvegarder au moins une infime partie d'un trésor inestimable de vocables et d'expressions kabyles menacés par un oubli définitif». Le même dessein pour le recueil de poèmes kabyles anciens: Le Viatique du Barde, idem pour l'émission radiophonique: «Tala Ggizlan».
Mais cette passion n'est-elle pas vaine? Aura-t-elle un jour son écho parmi la jeunesse? Cette jeunesse tiraillée entre l'Orient et l'Occident. Nous en faudrait-il pour notre impuissance et notre rage face à ceux qui ne voient en notre indignation que folie? Ce sont là, toutes les questions que se pose l'écrivain Boualem Rabia qui oublie sans doute souvent que le plus important, ce sont ses oeuvres car si les temps changent, les écrits restent.

Par Aomar MOHELLEBI

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
NNIG USENNAN .Décrire le temps perdu...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NNIG USENNAN .Décrire le temps perdu...
» CONTRAT A TEMPS PARTIEL MODULABLE
» temps d'habillage et déshabillage
» Temps de repas
» temps complet vers temps partiel.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Culture :: Culture, Art, Musique, ...-
Sauter vers: