Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Ven 2 Nov - 18:42



Nos pères sont partis (Dalila BELLIL)
Extrait....

Kaïna, dont la famille est originaire de nos contrées, m'a demandé de lui parler de notre village. Elle semble avoir pris goût à nos échanges. La pauvre, elle est née à Alger et n'a jamais mis les pieds en Kabylie. Quel malheur !

Te souviens-tu ? Accroché sur une crête à une trentaine de kilomètres de Bougâa, notre village dominait un large panorama dont nous jouissions comme des propriétaires. Des montagnes bienveillantes aux pentes douces nous encerclaient et offraient à notre bled un écrin imprenable. Le temps semblait n'avoir de prise ni sur elles ni sur nous. Nous défions le temps, fiers de notre caractère farouche et de notre passé d'invaincus. Notre âme est faite pour résister. Nous comptions demeurer là aussi longtemps qu'Allah le permettrait.

Une unique piste rocailleuse conduisait avec mauvaise grâce les rares véhicules qui se lançaient vers notre nid d'aigle. Nous observions la montée, curieux de savoir vers quelle maison la voiture se dirigeait, enviant ceux que l'étranger de passage honorerait de sa visite. À part Céf, où la saison des mariages apportait un sursaut de vie, nous avions peu d'occasions de divertissement. Les jours s'écoulaient dans une tranquille langueur, troublée seulement par le bruit des animaux, les ahans des paysans aux prises avec le dur labeur dans les champs, la marche joyeuse des enfants vers l'école. Nous accueillions avec exubérance le passage de l'aâttar (le marchand ambulant), qui nous apportait, à dos d'âne, des babioles venues d'Alger ou de Tizi-Ouzou. Les femmes envoyaient leurs enfants lui acheter du khôl, des robes, de la bijouterie de pacotille, des onguents, des cassettes de musique. Quand le commerçant avait disparu, le village retombait dans sa torpeur et s'assoupissait jusqu'à la prochaine visite.



Notre demeure surplombait une colline aux pentes sèches et rocailleuses. Maison traditionnelle au toit de tuiles rouges bâtie à l'ombre d'immenses figuiers de Barbarie, elle comportait plusieurs bâtiments. De grosses pierres nous protégeaient des fortes chaleurs. L’ensemble suintait la fatigue ; le soleil avait blanchi les murs crépis ; les fortes pluies des mois de choi (l’hiver) avaient abîmé le toit en de nombreux endroits, si bien qu'il arrivait souvent que l'eau s'invite parmi nous. Plusieurs tentatives de réparation de mes oncles se révélèrent de véritables désastres qui ne firent qu'aggraver les dégâts. Oufrag (la cour intérieure) accueillait nos jeux bruyants. Depuis toujours, ma mère souffrait de migraines intenses qui lui rendaient insupportables nos cris. Nous avions donc pris l'habitude de jouer en silence retenant avec peine nos éclats de rire. Malheur à celui qui aurait oublié cette règle ! Une savate atterrissait violemment sur sa tête pour lui rafraîchir la mémoire.

La maison appartenait à mes grands-parents paternels. Nous partagions l'espace avec eux, les deux frères de mon père, ami Ahmed et ami Nourredine, leurs femmes et leurs enfants.



Nous fûmes si nombreux dans cette maison avec le temps et les naissances qu'il semblait que les murs allaient s'effondrer !

.....in timkardhit


_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thala
Confirmé
Confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 503
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Dim 4 Nov - 9:31

Bonjour a tous

je cite cet auteur
``Te souviens-tu ? Accroché sur une crête à une trentaine de kilomètres de Bougâa ,notre village dominait un large panorama dont nous jouissions comme des propriétaires.

si ce village n`est pas un village des ith yaala ,lequel serait il ?
TND :thiguert n drar se trouve a une cinquantaine de kilometres de Bougaa ou je me trompe ?
il s`agirait peut etre des Ith ouarthiran ?

Dans cet extrait l`auteur parle de ce vendeur ambulamt ``A3attar`` qui scandait a haute voix ``ayaw tha3atarth``en faisant du porte a porte ,se deplacant de village en village.
je pense que la traduction du mot ``tha3atarth`` est : parfumerie ou produits cosmetiques
ces vendeurs ambulants se deplacaient a dos de mulets , ,il venaient de contrees voisines ( Lekbayel ouwada )
ils proposaient des produits aux femmes specialement , des produits de beaute ,khol , henné et autres .
ils proposaient aussi de legers ustensiles de cuisine ,des robes .....et il parait qu`ils acceptaient le troc comme moyen de paiement
De vrais petits bazars ambulants Very Happy on ne sait jamais ce qu`on va y touver
Chlita ( salut Smile Smile Smile ) c un peu comme un marché de brocantes ,ou un bric a brac en miniature
on ne sait jamais ce qu`on va y trouver et c ce cela qui est ``exciting`` ( desolee je ne trouve pas le mot exact en francais)

Ma mere m`a dit qu`ils ne viennent plus a Ith Yaala depuis longtemps autour des annees 70 -80 on ne les a plus revus ?
ils se sont fixés surement et je suis sure que leurs fils ont preferé ne pas assurer la releve.et ils ont certainement raison ,en plus des moyens de locomotion qui ont changé et le sentiment d`insecurité qui regne depuis la deceniie noire ...enfin des tas de facteurs qui ont contribué a la disparition de certaines activités :comme celle du ``A3atar``

merci Tikka de toujous nous faire partager ces extraits .
bonne journee a tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morad ouaissa
Confirmé
Confirmé


Nombre de messages : 171
Age : 51
Date d'inscription : 08/09/2011

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Lun 5 Nov - 0:39

A3attar est appelé agawa par rapport à la région igawawane situé au djurdjura
je me souviens trés bien de agawa qui criait à travers les ruelles du village ( aaatsaghame tha3attarth) et nous les enfants à l'époque on l'appelait boutsa3tsa3 par ce qu'on ne comprenait pas ce qu'il disait.
athaya youssade ougawa athaya youssade boutsa3tsa3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thala
Confirmé
Confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 503
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Mar 6 Nov - 9:40

merci Morad ouaissa
vos interventions sur le forum sont rares je trouve Very Happy ( donc il faut venir plus souvent si possible )
vos interventions sont souvent courtes ( donc il faut ecrire plus)
mais je les trouve tres efficaces
on apprend notre kabyle avec vous correctement ...
merci et bonne journee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Mar 6 Nov - 14:23

...thala je crois que gmathnegh morad,utilise un papier PH,pas pour détecter l’acidité du forum mais,les discutions basiques du terroir ...et il est un as en la matière...tidhet metchi d'asqizeb...

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Houba
Debutant
Debutant


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Lun 3 Juin - 18:03

Azul Fellawen,

C'est la première fois que je poste sur forum sympathique.

Je voulais juste vous indiquer que le village dont est issue l'auteur de ce livre s'appelle "Louta-n-tkourt" (situé sur la route nationale 74, entre charchara et Oued n'gharba cité dans le livre.

Je n'ai aucun mérite de vous le révéler, car je suis un cousin de l'auteure et je suis actuellement en train de lire son livre qui me rappelle mon cher village où j'ai passé mes premières années.

Je vous en dirais plus une fois terminée sa lecture.

A la prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Lun 3 Juin - 18:45

Azul et bienvenu chez toi....
Louta n tkourt...c'est louta n tsekkourt....
ci joint une interview de l'auteur:]

_________________
Montage bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Houba
Debutant
Debutant


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   Mar 4 Juin - 13:03

Merci tikka pour le message de bienvenue et pour la vidéo!

Concernant le nom de mon village, c'est plutôt : Louta (qui veut dire surface plane) et ntkourt (du mot thakourt qui veut dire motte ou butte).

J'avais pas mal de copains au lycée de Bougaâ (période 1986-1989) venant de la région d'Ith Yaâla (Aourir ouâalmi, Harbil, ...etc). Malheureusement, je les ai perdu de vue, depuis que je suis parti en France il y a plus de 23 ans !

A lire de vos nouvelles à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nos pères sont partis (Dalila BELLIL) ...
» qui sont les plus gros actionnaires de Fannie Mae
» quels sont les test exactement
» 2 textes pour la fête des pères
» Quelles sont les valeurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Culture :: Culture, Art, Musique, ...-
Sauter vers: