Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une commune qui réapprend à vivre "Guenzet"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MissNchrea
Confirmé
Confirmé


Nombre de messages : 2148
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Une commune qui réapprend à vivre "Guenzet"   Jeu 16 Oct - 20:52

Une commune qui réapprend à vivre
Guenzet


Par Meriem ALI MARINA

Plusieurs opérations importantes visant l’amélioration du cadre de vie des citoyens de Guenzet (nord-ouest de Sétif) sont en cours de parachèvement. « D’énormes efforts ont été consentis dans ce sens », a affirmé Bachir Sadoune, président de l’Assemblée communale, dans une déclaration à El Djazair.com. « On a inscrit en 2014, 16 Programme communaux de développement (PCD) pour une enveloppe de 950 millions de dinars. On également hérité de l’Assemblée sortante beaucoup d’autres opérations. On a un passif de 25 opérations. Le wali de Sétif s’est rendu compte de l’énorme retard qu’accusé cette région en termes de développement », a soutenu Bachir Sadoune. « C’est pourquoi, a-t-il noté, il était d’abord question d’assainir tout en assurant dans la foulée que 23 opérations de développement vont être clôturées d’ici le 31 décembre de l’année en cours. Seules deux opérations vont chevaucher sur l’année 2015. » Ces opérations concernent le réseau AEP, le désenclavement et la mise à niveau. Malgré toutes les contraintes, l’APC de Guenzet a pu lancer l’ensemble de ses projets en mars 2014. Comme partout ailleurs dans les zones les plus reculées de l’Algérie, à Guenzet et ses environs, durant les années 1990, tous les efforts étaient concentrés sur la lutte antiterroriste et la protection des populations rurales. La paix retrouvée, place aux réalisations et aux projets. A ce propos, reconnaît le premier responsable de la commune, le cadre de vie des populations locales « s’est nettement amélioré » ces dernières années.


La preuve par les chiffres

Passant en revue les projets en cours, on apprend que 2700 foyers à travers 22 villages seront prochainement raccordés au gaz de ville. «Les études ont été achevées. On attend l’appel d’offres», a affirmé le chef de l’exécutif de l’APC de Guenzet. S’agissant du logement, l’aide à l’habitat rural est la formule la plus adaptée au relief de la région. «Un quota de 130 logements nous a été attribué en 2013. Ils ont été distribués en dix jours », a encore relevé notre interlocuteur qui a insisté sur l’accompagnement du bénéficiaire, car dans le cas contraire, les « 70 millions seront déboursés » avant même l’entame de la construction. Toutes les demandes déposées au niveau des services concernés de la commune « ont été satisfaites ». Pour le premier responsable de la commune de Guenzet, l’objectif principal est de rénover le centre urbain. « Il n’est un secret pour personne. La plupart de nos concitoyens habitent les grandes villes. A un certain moment, pour une raison ou une autre, ils ont dû abandonner leurs maisonnettes qu’ils ont retrouvées pas la suite dans un état délabré. Ce n’est pas beau à voir. Donc il fallait leur prêter main-forte pour la (re) construction », a explicité notre interlocuteur. L’élu a en outre noté que toutes les craintes s’agissant de l’obtention des permis de construction « sont définitivement » résolues. « Au sein de notre commune, le permis de construire est déposé le dimanche et récupéré le jeudi », a-t-il fait savoir. Sur un autre registre, Bachir Sadoun s’est réjoui de la propreté de la localité. « Ce n’est nullement pour exagérer, mais je dirais quand même que notre commune fait partie des municipalités les plus propres de l’Algérie. Nos équipes sillonnent chaque nuit les rues du chef-lieu de la commune ainsi que tous les villages pour acheminer par la suite les ordures ménagères vers des endroits conçus spécialement à cet effet », nous a-t-il déclaré. Pas trop loin du centre urbain, difficile de ne pas constater l’installation de nouveaux lampadaires d’éclairage public à Guenzet. Pour le P/APC, l’éclairage public est « un problème résolu depuis bien longtemps », tout comme celui du nouveau lycée d’ailleurs qui sera réceptionné en 2015. D’autre part, pour les habitants de Guenzet, le problème du manque de l’eau potable ne sera réglé que lorsque la localité sera connectée au barrage de Tichy Haf, situé dans la commune de Bouhamza (Bejaïa). Un projet pilote qui couvre 26 communes réparties sur trois wilayas
.



L’ombre de Malika Gaïd



Qui pourrait le nier ? L’Algérie a enfanté des héroïnes, ayant marqué l’histoire de ce pays. Les exemples ne manquent pas. Parmi ces dignes filles de l’Algérie, Malika Gaïd, dont les habitants des montagnes des Ath Yaâla, dans la daïra de Guenzet, se souviennent. Née le 24 août 1933 à Belcourt (Alger), au sein d’une famille modeste mais lettrée, elle entra à l’école primaire, puis suivit les siens à Bordj-Bou-Arréridj et obtint le certificat d’études primaires (CEP), en 1945. Admise à l’école paramédicale de Sétif, en 1948, elle en ressortit en 1951 avec un diplôme d’infirmière sage-femme et travailla à l’hôpital de Kherrata durant quelques mois. Elle fut mutée à Lafayette (Bougaâ), ensuite à Guenzet où elle fut maintenue jusqu’en été 1956. Durant cette période, l’esprit patriotique et la foi révolutionnaire qui animaient la jeune Malika l’amenèrent à s’engager dans l’aide illimitée à la révolution en fournissant des médicaments –subtilisés à l’administration coloniale –, en soignant les moudjahidine, en prodiguant des conseils dans le domaine médical et en assurant l’assistance voulue dans le secret absolu. A la demande du colonel Amirouche, chef de la Wilaya III, elle quitta la région de Béni Yala pour la vallée de la Soummam, et là elle fut intégrée au service médical de l’ALN, lors du Congrès historique du 20 août 1956. Elle suivit partout l’état-major du célèbre révolutionnaire. Elle mourut les armes à la main dans une grotte-hôpital dans la région de Iwakouren près de M’Chedellah (Bouira) le 27 juin 1957. Sur le chemin menant à Guenzet (en provenance de Sétif) dans son village natal, Timengache, son parcours de combattante est illustré sur une plaque commémorative vue sur l’enceinte de la demeure familiale. C’est une jolie maison avec de belles vues sur Guenzet et autres villages.
M. A. M.






Le magazine promotionnel de l'Algérie. El Djazair.com - N°79 oct 2014

http://www.eldjazaircom.dz/index.php?id_rubrique=344&id_article=3904
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une commune qui réapprend à vivre "Guenzet"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une commune qui réapprend à vivre "Guenzet"
» IMPORTANTS PROJETS POUR LA COMMUNE DE GUENZET
» Gaz de ville à Guenzet
» élection locale guenzet ?
» Vivre après la mort de l’euro. Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Histoire :: Histoire n'Ith Yaala-
Sauter vers: