Thamurth Ith Yaala

Forum, discussion, échanges, avis des Yaalaouis.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 20 ans déja..Dda l'Mouloud..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tikka
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6081
Age : 56
Localisation : Setif
Emploi/loisirs : Gestion/nature
Humeur : Idhourar i dh'al3amriw...
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: 20 ans déja..Dda l'Mouloud..   Jeu 26 Fév - 14:53

Mort bête (comme disait Roland Barthes, à propos de la mort, par accident, d'Albert Camus) ou suspecte que celle de Mouloud Mammeri ? Comment a-t-il eu l'absurde idée de rentrer de Rabat à Alger dans une voiture aussi petite que sa Peugeot 205 ? Des milliers de kilomètres dans une voiture aussi exiguë et inconfortable ?
.
Il était 23h et quelques minutes de cette nuit du 26 février 1989, quand Mouloud Mammeri sortit de la ville de Aïn Defla. Il amorçait, avec sa 205, un virage dangereux. La nuit était opaque. Aucun clair de lune. Soudain, un camion en stationnement, feux éteints, sans triangles de panne1, voulant l'éviter, Mouloud Mammeri donne un coup de volant à gauche.

Malheur, les phares d'une voiture qui arrive à toute vitesse en sens inverse l'aveuglent,
Mouloud Mammeri,

l'obligent à donner un autre coup de volant, toujours à gauche. Catastrophe, la 205 tombe dans un ravin et s'immobilise en s'écrasant sur un tronc d'arbre. Secouru après 20 minutes (d'après le médecin de garde), il a été amené par une ambulance aux urgences de l'hôpital de Aïn Defla (le plus proche), hôpital dépourvu de matériel médical sophistiqué et sans chirurgien à l'époque. Perdant beaucoup de sang (hémorragie interne d'après le diagnostic des médecins présents cette nuit), Mouloud Mammeri rendra l'âme une heure après son admission à l'hôpital de Aïn Defla. Sur son permis et son passeport était écrit Mohammed Mammeri, personne parmi le personnel médical de l'hôpital ne reconnut l'écrivain. On avertit la police pour contacter les proches de la victime à la rue Sfindja, El Biar (Alger), comme c'est écrit sur son permis. A 8h, arrive le docteur Amar Khris (très cultivé), chef du service pédiatrie. On lui parle de l'accident, de la victime qui est à la morgue.

Il se dirige vers cette dernière. Le docteur Amar Khris reconnait tout de suite la victime. Il se tourna vers ses collègues et dit d'un ton grave : « C'est l'écrivain Mouloud Mammeri ! » Tout le monde poussa un « Ah ! » Militant « impénitent » (le mot est de l'écrivain) de la démocratie, la liberté d'expression et du berbérisme, pendant la période du parti unique, les photographies, les écrits et même le nom de Mouloud Mammeri étaient bannis de la presse d'Etat. Comment savoir que Mohammed Mammeri était Mouloud Mammeri ? De 8h à 9h, le docteur Amar Khris se démena comme un beau diable, en téléphonant à tous ses amis d'El Attaf2, de Aïn Defla, d'Alger, de Tizi Ouzou, etc. A 9h 10, il peut joindre, enfin, par téléphone la fille de Mouloud Mammeri.

Gorge nouée par les sanglots, il lui annonça la triste nouvelle. Le 27 février 1989, à 14 h, le corps de Mouloud Mammeri est ramené à son domicile, rue Sfindja à Alger. Le lendemain, Mouloud Mammeri fut enterré à Taourirt Mimoun, son village natal. C'étaient des funérailles grandioses. Du jamais-vu en Algérie. Plus de 200 000 personnes : jeunes, vieux, femmes et hommes assistèrent à son enterrement. Il n'y avait aucun officiel ! D'ailleurs, qui est « l'officiel » qui pouvait se hasarder parmi cette foule compacte qui scandait des slogans contre le pouvoir en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADHRER
Invité



MessageSujet: dda lmouloudh   Ven 27 Fév - 15:08

MERCI TIKKA DE NOUS FAIR RAPPELER CET GRAND HOMME

MOULOUD MAMMERI a vu le jour le 20 décembre 1917 au village de Taourirt-Mimoun sur les hauteurs des Ath-Yenni, à Tizi-Ouzou. L'écrivain en sciences humaines a légué à la postérité des œuvres fécondes et immortelles ayant marqué d'une empreinte indélébile la culture algérienne.

Ses romans, tels que la Colline oubliée, l'Opium et le bâton, le Sommeil du juste et la Traversée du désert ont été traduits en plusieurs langues.

Les deux premiers ont été adaptés à l'écran respectivement par Abderrahmane Bouguermouh et Ahmed Rachedi.

C'est à cet éminent linguiste qu'on doit également les Isefra, recueil de poèmes épiques du troubadour Si Muh U M'hand.

C'est lui également qui a élaboré la grammaire amazigh Tadjarrumth N'tmazighth ainsi que le recueil des contes anciens Maachahou, Talamchahou.

Le dramaturge Mammeri s'est distingué par sa trilogie théâtrale formée des pièces du Foehn, le Banquet et la Mort des aztèques.

Son cursus scolaire, il l'entama en son village natal de Taourirth- Mimoun qui lui a inspiré l'écriture du roman la Colline oubliée, jusqu'à l'âge de 11 ans, avant d'aller chez son oncle au Maroc. Quatre ans plus tard, il rentra au pays et s'inscrit à l'ex-lycée “Bugeaud”, actuel Emir-Abdelkader d'Alger, avant de s'installer à Paris où il prépara au lycée Louise le Grand le concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure.

Il fut mobilisé dès le déclenchement de la seconde Guerre mondiale.

El 1940, il s'inscrit à la faculté des lettres d'Alger. mobilisé une deuxième fois en 1943, il participa aux campagnes d'Italie, de France et d'Allemagne.

Après quoi, Mammeri prit part, à Paris, à un concours pour le recrutement de professeurs de lettres, avant de rentrer au pays en 1947.

Après avoir enseigné à Médéa en 1947-1948, il devient professeur à l'université d'Alger où il occupa la première chaire de berbère de l'Algérie indépendante, avant d'être directeur du centre de recherches anthropologiques, historiques et ethnographiques (CRAPE, ex-Musée du Bardo).

MOULOUD MAMMERI.L'homme de lettres et penseur émérite algérien s'est éteint à l'âge de 71 ans. Il trouva la mort dans un accident de la circulation, dans la nuit du 25 au 26 février 1989, sur la route de Aïn-Defla menant vers Alger alors qu'il revenait du Maroc où il avait participé à un colloque international sur les langues maternelles;
KABYLIE COM
Revenir en haut Aller en bas
 
20 ans déja..Dda l'Mouloud..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Évocation: cinquante ans deja,que Mouloud Feraoun fut assassine...
» saha l'mouloud newen
» BONNE FETE DE EL MOULOUD
» L'Mouloud n'Nbbi...
» Portrait:Mouloud Feraoun.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thamurth Ith Yaala :: Culture :: Culture, Art, Musique, ...-
Sauter vers: